Plein écran
© photo_news

"La Justice est dans un état de délabrement comparable à celui du Palais de Bruxelles"

"La justice est incapable d'apporter, dans des délais raisonnables, les réponses attendues par les justiciables", a réagi mercredi Ecolo, alors que cette journée marque le début de 66 jours d'actions "pour sauver la Justice" à l'initiative de différentes organisations de magistrats, d'avocats et de justiciables regroupés au sein d'une plateforme commune. À l'approche des élections fédérales, les écologistes soutiennent le message du monde judiciaire, qui appelle à un refinancement du secteur.

Le député fédéral Ecolo Gilles Vanden Burre dénonce ainsi un désinvestissement chronique sous les précédentes législatures, dont les "conséquences sont très lourdes pour l'image (de la Justice) et sa capacité à faire son travail". Les verts reprennent à ce titre plusieurs exemples des revendications émise par la plateforme "66 jours pour sauver la justice", comme un assouplissement des conditions d'accès à l'aide juridique, un système informatique performant ou des bâtiments en bon état.

"La Justice est aujourd'hui dans un état de délabrement comparable à celui des Palais de Namur ou de Bruxelles", illustre Ecolo, qui affirme par ailleurs vouloir garantir l'indépendance de la Justice en renforçant son Conseil Supérieur et désire que des juges soient nommés en suffisance, notamment.

Le parti plaide en outre pour que les moyens dévolus à la lutte contre la criminalité financière soient augmentés.

Pour Ecolo, le sous-financement de la Justice a aussi pour conséquence de miner la confiance des citoyens en l'État de droit.

  1. Encore un milliard d'euros pour faire face à la crise: “L’argent dépensé, il faudra le récupérer quelque part”

    Encore un milliard d'euros pour faire face à la crise: “L’argent dépensé, il faudra le récupérer quelque part”

    La commission des Finances de la Chambre a approuvé mardi, à l'unanimité moins l'abstention du PTB, le projet de loi qui couvre les crédits fédéraux pour avril, mai et juin. Le texte accorde un milliard d'euros à la provision interdépartementale afin de faire face aux dépenses urgentes de la crise. Une grande partie sera affectée aux dépenses sanitaires, a indiqué le ministre du Budget, David Clarinval.