Plein écran
© getty

La main d'œuvre belge est l'une des plus chères de l'UE

La Belgique avait, en 2018, les troisièmes coûts horaires de la main d'œuvre les plus élevés de l'UE (39,7 euros). Seuls le Danemark (43,5 euros) et le Luxembourg (40,6 euros) ont des coûts horaires plus élevés, selon Eurostat, l'office européen des statistiques.

En 2018, les coûts horaires de la main-d'œuvre dans l'ensemble de l'économie (hors agriculture et administration publique) ont été estimés en moyenne à 27,4 euros dans l'Union européenne (UE) et à 30,6 euros dans la zone euro.

De fortes disparités existent au sein de l'UE. les coûts horaires de la main-d'œuvre les plus faibles ayant été enregistrés en Bulgarie (5,4 euros), en Roumanie (6,9 euros), en Lituanie (9,0 euros), en Hongrie (9,2 euros) et en Lettonie (9,3 euros), et les plus élevés au Danemark (43,5 euros), au Luxembourg (40,6 euros), en Belgique (39,7 euros), en Suède (36,6 euros), aux Pays-Bas (35,9 euros) et en France (35,8 euros).

De 2017 à 2018, les coûts horaires de la main-d'œuvre dans l'ensemble de l'économie, exprimés en euros, ont augmenté de 2,7% dans l'UE et de 2,2% dans la zone euro. La croissance a été de 1,6% en Belgique durant cette période.

  1. 23 ans après la marche blanche, une marche noire à Bruxelles

    23 ans après la marche blanche, une marche noire à Bruxelles

    Une marche noire est prévue dimanche après-midi dans le centre de Bruxelles pour protester contre l'éventualité d'une demande de libération conditionnelle de Marc Dutroux et celle effective de Michel Lelièvre. Le rassemblement est prévu à 12h00 sur le boulevard du roi Albert II, d'où des discours seront prononcés. Le départ est fixé à 14h00 et l'arrivée à 16h00 sur l'esplanade de l'Europe près de la gare du Midi, avant la dislocation du cortège à 17h00.
  2. Une criminelle belge sur une nouvelle liste des femmes les plus recherchées par Europol

    Une criminelle belge sur une nouvelle liste des femmes les plus recher­chées par Europol

    La criminelle quinquagénaire belge Hilde Van Hacker, en cavale avec son compagnon Jean-Claude Lacote après avoir tué un homme d’affaires britannique à la Côte en 1996, figure parmi les visages masqués mis en scène dans la nouvelle campagne “Crime has no gender” (soit “le crime n’a pas de sexe”) lancée vendredi par l’agence européenne de police criminelle Europol et visant à capturer les femmes les plus recherchées d’Europe. “Les gens pensent que d’habitude ces crimes ne sont pas commis par des femmes, mais ils le sont, et ils sont aussi graves que ceux commis par les hommes”, a commenté Tine Hollevoet, porte-parole d’Europol.