Plein écran
© BELGA

La N-VA ne souhaite pas démarrer de formation formelle en Flandre pour le moment

La N-VA ne préfère pas lancer de formation formelle d'un gouvernement en Flandre en cette période, en raison du manque de clarté actuel au niveau fédéral, a fait savoir lundi le parti nationaliste flamand.

Le fait qu’aucun parti flamand ne souhaite négocier sur le fond avec le Vlaams Belang témoigne du “peu de respect pour l’opinion des électeurs flamands”, selon une déclaration de la N-VA lundi midi, à l’issue d’un bureau de parti.

Le président du parti et formateur flamand, Bart De Wever, ne s’est pas exprimé après la réunion. La N-VA envoyé un communiqué où elle détaille en trois points sa position. L’amertume qu’expriment les nationalistes est d’autant plus forte que “l’extrême-gauche a fait son entrée dans des coalitions locales (le PTB-PvdA est entré dans une majorité à Zelzate) et que le PS la supplie de compléter le gouvernement wallon”, ajoute-t-elle.

Dans cette communication, la N-VA confirme qu’aucune formation formelle ne sera lancée au niveau flamand, faute de clarté au niveau fédéral. “Des entretiens avec chaque parti, il ressort que la situation fédérale plane comme une ombre au-dessus de la formation flamande. Chaque parti demande des éclaircissements sur ce qui va se passer au niveau fédéral. Cela complique la formation du gouvernement flamand”, constate-t-elle. “Cela vient du fait que les formations de gouvernement sont maintenant, de facto, liées les unes aux autres”.

Les Verts inquiets

Groen a vertement critiqué la décision de ne pas commencer la formation d’un gouvernement flamand annoncée par Bart De Wever. Les écologistes appellent le formateur flamand à mettre son temps à profit pour discuter avec d’autres partis que le Vlaams Belang, auquel la N-VA a consacré un troisième tour de discussion.

“Les grands défis d’avant les élections, aussi bien en matière climatique que socio-économique, sont toujours les mêmes après les élections. Cela n’a aucun sens de mettre en mode vacances les négociations fédérales et flamandes”, a souligné Groen.

Les discussions qu’a menées M. De Wever avec le Vlaams Belang inquiètent les Verts. “Nous ne pouvons pas nous imaginer que le CD&V, l’Open Vld et le sp.a s’inscrivent dans cette façon de travailler. Voir le Vlaams Belang coauteur d’un accord de gouvernement est néfaste pour l’avenir de la Flandre. En tant que démocrates, nous ne pouvons pas nous diviser sur nos valeurs fondamentales et séparer les gens en citoyens A et B”, a averti la présidente, Meyrem Almaci.

A l’issue de son bureau, la N-VA a interpellé les autres partis sur leur refus d’entamer une discussion avec le Vlaams Belang, grand gagnant des élections en Flandre. “Comme cela a déjà été dit, l’Open Vld ne veut toujours pas d’un gouvernement avec le Vlaams Belang”, a fait savoir l’Open Vld après la réunion de son bureau. Les libéraux flamands se sont entretenus ce week-end avec le formateur Bart De Wever, à l’instar du sp.a et du CD&V. Ils l’appellent une nouvelle fois à faire connaître ses partenaires privilégiés de négociation.

  1. Le permis du camionneur qui a renversé Celio retiré, le message poignant de l’école
    Play

    Le permis du camionneur qui a renversé Celio retiré, le message poignant de l’école

    Après la mort de Celio, 11 ans, mortellement renversé par un camion sur le chemin de l’école à Alost, le permis du chauffeur lui a été retiré pour quinze jours, confirme le parquet de Flandre orientale. Cela ne met pas en cause le conducteur de poids-lourds pour autant, car la mesure est automatique en cas d’accident mortel. Le conducteur n’était pas sous influence lors de l’accident mais, sous le choc, il a dû être pris en charge.
  2. La grève sur le rail du 19 décembre prochain est confirmée
    Mise à jour

    La grève sur le rail du 19 décembre prochain est confirmée

    Le syndicat socialiste, la CGSP Cheminots, a confirmé jeudi la tenue d’une grève sur le rail belge entre le 18 décembre à 22h00 et le lendemain à la même heure. Avec son homologue libéral, le SLFP, il avait déposé un préavis de grève mardi, auquel s’était également associé le syndicat indépendant des cheminots (SIC). Une réunion de conciliation ce jeudi après-midi pouvait encore faire bouger les lignes, mais cela n’a pas été le cas.