La photo de Loïc avec un raton laveur mort scandalise les réseaux sociaux

Depuis quelques jours, Loïc est au cœur d'une polémique immense qui oppose les amoureux des animaux aux chasseurs. Il a en effet publié une photo sur laquelle il pose avec un raton laveur qu'il a tué. Mais le jeune Liégeois se défend d’avoir fait cela par barbarie. Selon lui, il a dû le faire pour écourter l’agonie du pauvre animal.

Plein écran
Loïc pose avec un raton laveur qu'il a tué. © Capture d'écran Facebook

Loïc est la cible de nombreuses critiques, depuis quelques jours. En effet, le 13 novembre dernier, le Liégeois a posté une photo sur Facebook, sur laquelle il pose avec un raton laveur mort. Dans la légende, on peut lire : “Celui qui n’aime pas trace sa route... Deuxième raton laveur de la saison. Merci Saint-Hubert de m’avoir permis de prélever ce bel animal”. Un cliché qui a attiré les foudres de nombreuses personnes qui l'ont aussitôt commenté en ces termes : “Pitoyable”, “Honteux”, Tu ne vaux pas mieux que ces c*** qui tuent des lions et les affichent comme des trophées”, “Quelle horreur”, etc.

Tous les commentaires n'ont pas été aussi accusateurs, puisque certaines personnes l’ont défendu, comme on peut le voir sur la capture d’écran ci-dessous. Par ailleurs, Loïc prend la situation avec philosophie. Peu après son premier post, le Liégeois a plaisanté sur le fait que nombre de ses contacts l’avaient supprimé de leur liste d’amis Facebook. Un second post qui n’a pas manqué d’attirer à nouveaux les détracteurs de la chasse qui ont critiqué le jeune homme et “les tueurs d’animaux”.

Plein écran
Le post de Loïc qui lui a valu les foudres des internautes. © Capture d'écran Facebook

Le raton laveur était blessé

Interrogé par nos confrères de Sudpresse, Loïc indique avoir reçu pas moins de 600 messages de haine sur Messenger. Une véhémence à laquelle le jeune homme passionné de chasse ne s’attendait pas. Il se défend par la même occasion de vouloir uniquement tirer sur du gibier. Pour ce traqueur, dont le rôle est de rabattre le gibier et non de les tuer, ces parties de chasse sont aussi l’occasion d’observer la flore et la faune locales.

Concernant ce raton laveur, Loïc explique que les chiens l’avaient blessé aux pattes et à la tête, ce qui l’a, en quelque sorte, forcé à achever l’animal qui agonisait au couteau. Il insiste également sur le fait que si l’animal n’avait pas été attrapé et blessé, il l’aurait relâché.

Un animal nuisible

Comme le disent certaines personnes sur la photo du Liégeois, le raton laveur est considéré comme un nuisible. En effet, le nombre d’individus sur le territoire wallon ne cesse de croître depuis son arrivée d’Amérique du Nord, dans les années 1980.

Une présence qui cause certaines nuisances dans les quartiers urbains, puisque les ratons laveurs n’hésitent pas à fouiller dans les poubelles pour trouver de la nourriture, par exemple. De plus, il a un impact sur la population de la faune indigène, comme les batraciens et les oiseaux.

Pour l’instant, la seule solution qui a été trouvée par la Région wallonne pour endiguer la surpopulation est la capture et l’euthanasie. Par ailleurs, une circulaire de 2007 autorise les titulaires d’un permis de port d’arme, et seulement eux, de tirer sur les espèces invasives, comme le raton laveur, ou de poser des pièges. 

Retrouvez ici toute l’actualité de la région liégeoise.

  1. Un prof d’un athénée à Huy écarté après avoir posté une vidéo antisémite sur Facebook

    Un prof d’un athénée à Huy écarté après avoir posté une vidéo antisémite sur Facebook

    L'organisme Wallonie-Bruxelles Enseignement (WBE) s'est constitué partie civile dans le cadre d'une action pénale lancée à l'encontre de Talal Magri, professeur de religion islamique à l'Athénée Royal Agri Saint-Georges à Huy, a indiqué le porte-parole du cabinet de Frédéric Daerden, vice-président de la Fédération Wallonie-Bruxelles et ministre de tutelle de WBE. Une procédure d’écartement a été prise à son encontre.