Plein écran
© photo_news

La police demande aux systèmes de navigation de ne pas contourner les contrôles

Mise à jourLa police a pris contact avec les entreprises de systèmes de navigation comme Waze et TomTom, leur demandant de ne pas favoriser dans leurs directions de trajet des routes qui évitent les contrôles policiers mis en place dans le cadre de la lutte contre le coronavirus. L'information est développée samedi par la VRT et confirmée par la police fédérale. 

Waze
Plein écran
Waze © AP

Les entreprises qui proposent de telles applications ou directions via GPS vont adapter leur logiciel, sur demande de la police, pour ne pas que les contrôles soient systématiquement contournés par les utilisateurs. 

Pour le moment, dans le cadre des mesures de confinement visant à ralentir la propagation du virus, les déplacements non-essentiels de la population sont en effet interdits. 

Des contrôles de police ont notamment été instaurés près des frontières. 

"Il est très dommage de constater que des citoyens cherchent à contourner les contrôles", qui visent justement à protéger la population dans ce contexte de pandémie, a commenté Sarah Frederickx, porte-parole de la police fédérale.

Les autorités ont encore martelé samedi qu'il est vraiment requis des habitants de rester chez eux autant que possible, en-dehors des déplacements indispensables vers le lieu de travail, des courses essentielles et de sorties pour faire de l'exercice. 

"Nous ne sommes pas là pour embêter les gens", ajoute encore Sarah Frederickx. 

  1. Les Belges se disputent moins avec leur partenaire, mais plus avec leurs enfants pendant le confinement

    Les Belges se disputent moins avec leur partenaire, mais plus avec leurs enfants pendant le confine­ment

    Une enquête menée par l’agence iVOX auprès de 5.000 Belges nous en apprend davantage sur le bonheur (familial) en pleine crise sanitaire liée à la pandémie de Covid-19. Selon l’étude, nous nous disputons moins avec notre partenaire, mais plus souvent avec les enfants. Dans le même temps, nous sommes reconnaissants de pouvoir passer plus de temps avec nos familles et nous voulons améliorer nos vies après cette crise.
  2. Qader, réfugié afghan, fabrique des masques: “Je veux donner en échange de toute l’aide que je reçois ici en Belgique”
    Roulers

    Qader, réfugié afghan, fabrique des masques: “Je veux donner en échange de toute l’aide que je reçois ici en Belgique”

    Du matin au soir, Mohammad Qader Mohammadi, 42 ans, est assis derrière sa machine à coudre pour fabriquer des masques buccaux pour le personnel soignant. Qader a fui son pays natal, l’Afghanistan, il y a plus de dix ans. Durant cette crise sanitaire, il souhaite rendre service à la Belgique qui l’a aidée. “Je suis diabétique, donc j’appartiens moi-même au groupe à risque, mais je sais combien il est important de bien vous protéger”, confie-t-il.