Delphine Boël, le 29 novembre 2019.
Plein écran
Delphine Boël, le 29 novembre 2019. © Photo News

La poste valide par erreur un faux timbre à l’effigie de Delphine Boël

“Je me suis dit que c’était une bonne idée pour tenter de faire rentrer Delphine Boël dans la famille royale”, a déclaré Marc Thomée, un habitant de Spa.

Le libraire Marc Thomée est connu à Spa pour être adepte du pastafarisme. Il fait encore parler de lui aujourd’hui pour son action en faveur de Delphine Boël. Le Spadois a trouvé sur Facebook un faux timbre à l'effigie de la fille du roi Albert II. Il a donc entrepris de le coller sur une carte postale et de se l’envoyer par la poste. Il a été heureusement surpris de recevoir la carte postale officiellement oblitérée. 

La société bpost n’est en revanche pas très heureuse de cette démarche. Delphine Van Bladel, sa porte-parole, a expliqué que le timbre utilisé par Marc Thomée était une “contrefaçon”, ce qui implique son lot de sanctions. Les équipes juridiques de la firme étudient donc actuellement si une plainte peut être déposée. “Nous nous réservons le droit de porter plainte”, ajoute la porte-parole. 

Le timbre présent sur la carte postale avait été rejeté par une machine qui oblitère les lettres reçues par bpost. C’est lors du tri manuel qu’une erreur a été commise. “Chaque jour, bpost reçoit environ sept millions de lettres”, explique Delphine Van Bladel. “On a pu remonter jusqu’à cette erreur et prendre les mesures nécessaires pour que ça n’arrive plus”.

  1. Le préavis de grève de la police fédérale temporairement suspendu

    Le préavis de grève de la police fédérale temporaire­ment suspendu

    Le préavis de grève au sein de la police fédérale a été suspendu jusqu'à mardi, a annoncé la CSC-ACV vendredi après une concertation sociale. Les syndicats avaient déposé un préavis de grève après que les agents se sont plaints d'un manque de matériel de protection contre le coronavirus. S'ils sont bien reconnus comme groupe prioritaire, les syndicats ne sont pas d'accord avec la prise en compte du risque.
  1. Les Belges se disputent moins avec leur partenaire, mais plus avec leurs enfants pendant le confinement

    Les Belges se disputent moins avec leur partenaire, mais plus avec leurs enfants pendant le confine­ment

    Une enquête menée par l’agence iVOX auprès de 5.000 Belges nous en apprend davantage sur le bonheur (familial) en pleine crise sanitaire liée à la pandémie de Covid-19. Selon l’étude, nous nous disputons moins avec notre partenaire, mais plus souvent avec les enfants. Dans le même temps, nous sommes reconnaissants de pouvoir passer plus de temps avec nos familles et nous voulons améliorer nos vies après cette crise.
  2. Qader, réfugié afghan, fabrique des masques: “Je veux donner en échange de toute l’aide que je reçois ici en Belgique”
    Roulers

    Qader, réfugié afghan, fabrique des masques: “Je veux donner en échange de toute l’aide que je reçois ici en Belgique”

    Du matin au soir, Mohammad Qader Mohammadi, 42 ans, est assis derrière sa machine à coudre pour fabriquer des masques buccaux pour le personnel soignant. Qader a fui son pays natal, l’Afghanistan, il y a plus de dix ans. Durant cette crise sanitaire, il souhaite rendre service à la Belgique qui l’a aidée. “Je suis diabétique, donc j’appartiens moi-même au groupe à risque, mais je sais combien il est important de bien vous protéger”, confie-t-il.