Plein écran
La louve Naya. © Natuurpunt

La prime pour retrouver les responsables de la mort de la louve Naya portée à 30.000 euros

La personne qui donnera l'information cruciale sur la mort de la louve Naya recevra une prime de 30.000 euros. Un entrepreneur de Wilrijk (Anvers) a décidé d'augmenter de 10.000 euros la prime de 20.000 euros qui était prévue par les organisations Animal Rights, Natuurhulpcentrum et Vogelbescherming Vlaanderen, annonce cette dernière jeudi. Cette prime s'élevait à l'origine à 10.000 euros.

Cet entrepreneur, qui souhaite garder l'anonymat, a tout d'abord informé le journaliste de Knack Dirk Draulans. Il souhaitait ajouter une contribution personnelle et a bloqué 10.000 euros supplémentaires sur un compte de l'organisation Vogelbescherming Vlaanderen.

L'association environnementale affirme avoir déjà reçu des dizaines de messages à l'adresse e-mail dédiée, naya@vogelbescherming.be. Des informations sur des infractions de chasse ont également été envoyées à cette adresse. "Tout indique que le citoyen n'accepte plus que certains s'arrogent le droit de décider de la vie ou de la mort de tels ou tels animaux", indique Vogelbescherming Vlaanderen dans un communiqué. L'organisation est convaincue que la prime va insuffler une nouvelle dynamique à l'enquête autour des circonstances du décès de la louve.

Tous les conseils utiles, y compris les infractions de chasse et le braconnage, sont communiqués aux autorités compétentes. Vogelbescherming Vlaanderen lance également un appel à la nouvelle ministre flamande de l'Environnement, Zuhal Demir (N-VA) "pour renforcer le système de contrôle". La cellule Inspection de l'Agence pour la nature et la Forêt en Flandre est convaincue qu'un acte malveillant est à l'origine de la mort présumée de la louve Naya.