Plein écran
Wilfried Vandaele, président du Parlement flamand (N-VA). © BELGA

La probabilité qu'il n'y ait pas d'accord en Flandre d'ici le 23 septembre de plus en plus envisagée

La probabilité qu'un gouvernement flamand ne soit pas formé d'ici le 23 septembre, date de la traditionnelle "déclaration de septembre" du ministre-président régional, est envisagée de plus en plus sérieusement dans les rangs des parlementaires, a reconnu jeudi le président du Parlement flamand Wilfried Vandaele (N-VA) sur Radio 1.

Le cadre budgétaire dans lequel travaillera le futur gouvernement doit encore être élaboré et il s'agit d'un point délicat, a notamment souligné le nationaliste flamand.

Mercredi, plusieurs sources impliquées dans les négociations entre la N-VA, le CD&V et l'Open Vld ont laissé entendre que la date du 23 septembre n'était pas considérée comme incontournable. "Le contenu prime sur le timing", avaient-elles expliqué.

Wilfried Vandaele a désormais confirmé publiquement ces propos. "C'est encore possible de parvenir à un accord d'ici là, mais nous envisageons de plus en plus que ce ne sera pas le cas", a-t-il déclaré.
M. Vandaele espère toutefois que si la déclaration du 23 septembre devait être reportée, elle ne le sera que de quelques jours. 

Groen et le sp.a, qui ne participent pas aux négociations gouvernementales, plaident quant à eux pour que le parlement puisse commencer ses travaux, et ce même si un exécutif n'est pas encore formé.

  1. Un groupe de jeunes occupe un bâtiment de l'UCLouvain

    Un groupe de jeunes occupe un bâtiment de l'UCLou­vain

    Un groupe de jeunes composé en partie d'étudiants a entamé lundi soir l'occupation de la "maison blanche", un bâtiment appartenant à l'Université catholique de Louvain (UCLouvain) situé à proximité du lac de Louvain-la-Neuve. Certains se sont barricadés à l'intérieur. Ils affirment vouloir faire du bâtiment, à l'adandon depuis des années, un espace culturel et social autogéré. Les autorités de l'UCLouvain regrettent la méthode mais se disent ouvertes à la discussion.
  2. Rossées après le tennis ou pour apprendre le vélo: un père abusif encourt 18 mois de prison

    Rossées après le tennis ou pour apprendre le vélo: un père abusif encourt 18 mois de prison

    “J’ai peut-être été un papa un peu trop sévère”, a concédé B.D. devant son juge à Termonde ce lundi. Le père de famille de 42 ans de Saint-Gilles-Waes (Flandre Orientale) a tenté de nuancer les faits de maltraitances familiales qui lui sont reprochés. Le dossier à charge est pourtant lourd. Durant des années, l’homme aurait littéralement terrorisé ses filles nées en 2008 et 2012. Les petites filles auraient régulièrement reçu des coups de poing et de pied, tout comme leur mère. Le prévenu encourt une peine de 18 mois de prison.
  3. Accusé d’avoir assassiné ses deux enfants, Eddy Michel passe aux aveux: “Horrible et irrécupérable”
    Mise à jour

    Accusé d’avoir assassiné ses deux enfants, Eddy Michel passe aux aveux: “Horrible et irrécupéra­ble”

    Eddy Michel, accusé d'avoir commis les assassinats de ses deux enfants, a reconnu lundi après-midi lors de son interrogatoire devant la cour d'assises de Liège avoir tué ses deux enfants, Timothé (4 ans) et Jules (6 ans). Il a affirmé qu'il n'était pas lui-même lors des faits et il a soutenu qu'il ne se souvenait pas de tous les gestes posés. Il a contesté avoir prémédité la mort de ses enfants.