Illustration.
Plein écran
Illustration. © Photo News

La production éolienne a battu des records ce dimanche matin

Mise à jourNos éoliennes fonctionnent à plein régime en ce moment; jamais elles n’avaient produit autant d’électricité que ce dimanche matin, a indiqué ODE, l’organisation sectorielle pour l’énergie durable en Flandre.

Les éoliennes en mer du Nord et à terre ont produit 3.100 MWh par heure dimanche matin, précise Bram Claeys, directeur général de l’ODE. “C’est un record. Près d’un tiers de notre consommation a ainsi été couvert par l’énergie éolienne produite en Belgique.”

Les conditions idéales étaient réunies pour battre ce record, à savoir beaucoup de vent, mais ne soufflant pas trop fort, sinon on aurait dû mettre à l’arrêt les éoliennes offshore. D’autre part, notre parc éolien s’agrandit régulièrement, ce qui augmente sa capacité de production.

Ce week-end, les fortes rafales ont entraîné une surproduction d’énergie qui a fait chuter les prix, passés même en négatif durant quelques heures la nuit dernière.

Le prix de l'électricité en Belgique a chuté pendant le week-end, devenant même négatif par moments, à cause d'une surproduction d'énergie liée aux fortes rafales de vent. Un phénomène qui n'est pas inhabituel en cette saison.

La nuit dernière, pendant quelques heures, les prix sont descendus jusqu'à -110 euros par MWh. "Environ", précise Matthias Detremmerie, négociant en électricité chez Elindus, un fournisseur d'énergie actif pour le marché professionnel et industriel.

Ces prix sont appliqués afin de rééquilibrer le marché sur le réseau électrique belge. Si l'offre est importante et qu'il a peu de demande, les prix peuvent passer en négatif. Les producteurs reçoivent alors de l'argent pour fermer des centrales électriques, ou les grandes entreprises industrielles - de type métallurgiques ou chimiques - sont payées pour consommer ce surplus d'énergie. 

La nuit dernière, les températures douces combinées aux rafales de vent en Belgique et dans le reste de l'Europe ont entraîné la chute des prix. "Le vent souffle fort, particulièrement en Allemagne. On y a relevé une production de 42.000 MWh aujourd'hui, soit la capacité de 42 centrales nucléaires", explique Matthias Detremmerie.
Or le marché européen de l'énergie est étroitement connecté. L'Allemagne exporte ainsi, en grande partie, l'électricité produite par ses éoliennes. En ce moment, elles tournent à plein régime et les câbles électriques sont, en quelque sorte, "saturés", ce qui complique également les exportations venant de Belgique. 

"Les prix négatifs ne sont pas rares dans notre pays", complète Matthias Detremmerie. "Ce phénomène se produit généralement au printemps ou à l'automne -surtout à cette dernière saison- principalement en raison des fortes rafales de vent; mais il reste difficile à prévoir". 

Le vent devrait encore souffler fort la nuit prochaine, avec des rafales qui pourront atteindre 80km/h, indique l’Institut royal de météorologie qui a lancé un avertissement “jaune” pour tout le pays.

Entretemps, l’IRM ne prévoit pas de problème significatif lié au vent.