Plein écran

La pub osée du syndicat de cheminots fait fureur

Les ailes flamandes des syndicats de cheminots ont publié une affiche pour tourner en dérision les statistiques de ponctualité de la SNCB. Problème: les ailes francophones la trouvent d'un goût douteux, rapportent mardi les quotidiens du groupe Sud Presse.
 
L'affiche montre une jeune femme en string de dentelle avec le commentaire, en néerlandais, "Depuis que mon mari prend le train, mon amant a plus de temps à me consacrer - When rail means service (quand le rail rime avec service)". A l'origine destinée à un usage interne, l'affiche a été transmise à quelques journalistes flamands pour leur demander leur avis avant une éventuelle diffusion plus large. Les journalistes l'ont publiée.
 
"C'est une campagne macho. Je ne cautionne pas ce genre de truc. Que vont penser toutes les dames qui travaillent chez nous?", réagit Gérard Gelmini, de la CGSP et francophone. La CSC-Transcom désapprouve aussi l'initiative.
 
L'affiche veut dénoncer le manque de ponctualité des train. "La SNCB et Infrabel nous ridiculisent toujours, maintenant c'est notre tour", indique pour sa part Jos Digneffe, de l'aile flamande de la CGSP.
 
La photo sera diffusée à plus de 1.000 exemplaires, mais uniquement en Flandre. La SNCB a fait savoir son mécontentement au syndicat. (belga)

  1. Affaire Hakimi/Pauwels: examen de la procédure devant la chambre des mises en accusation

    Affaire Hakimi/Pauwels: examen de la procédure devant la chambre des mises en accusation

    La chambre des mises en accusation de la cour d'appel du Hainaut a procédé, mardi, à un examen de la procédure en cours concernant le vaste dossier des home-jackings instruit à Mons, appelé par certains médias "l'affaire Pauwels" en raison de la présence de l'ancien animateur de RTL, inculpé dans cette affaire. Celle-ci implique une trentaine de personnes dont plusieurs sont encore en détention préventive. Le dossier a été analysé dans la salle de la cour d'assises du Hainaut.