La question qui n'a pas plu à Elio Di Rupo

Elio Di Rupo s’est montré agacé par une question d’un journaliste de la VRT.

Plein écran
© Photo News

Le président du PS était interrogé par notre confrère après la conférence de presse lundi de la nouvelle coalition wallonne, ce dernier lui demandant si, dans le cadre des négociations fédérales, il avait déjà pris contact avec le président de la N-VA Bart De Wever. “Cela ne vous regarde pas”, a sèchement répondu le socialiste.

Quelques instants plus tôt, en conférence de presse, Elio Di Rupo avait balayé une première question du journaliste flamand sur la possibilité d’un confédéralisme en Belgique.

Selon une information de Het Laatste Nieuws dévoilée mardi, le président du PS a déjà rencontré son homologue de la N-VA. Il y a peu, Didier Reynders et Johan Vande Lanotte ont en effet réuni les formateurs des gouvernements régionaux, Elio Di Rupo et Jan Jambon. Bart De Wever, Theo Francken et Paul Magnette étaient également présents. Il ne serait pas étonnant que les discussions aient dès lors dépassé le cadre des Régions, estime le quotidien flamand qui voit dans cette rencontre “une première étape”.

  1. De 10 à 15 ans de prison requis contre les cinq prévenus
    procès pédopornographie

    De 10 à 15 ans de prison requis contre les cinq prévenus

    Une deuxième journée est prévue au procès pour pédopornographie, devant le tribunal correctionnel de Termonde. La prochaine audience aura lieu le 11 février à 14h00. Le jugement est attendu au plus tôt le 10 mars. Le tribunal a requis la présence de l’un des prévenus, Dimitry D., à la prochaine audience. Celui-ci était effectivement absent vendredi, ce qui n’a pas plu à la juge. Le parquet a requis entre 10 et 15 ans de prison à l’encontre des cinq prévenus.
  1. Des gants de boxe pour un centre d’asile: un nouveau tweet de Francken sème la zizanie

    Des gants de boxe pour un centre d’asile: un nouveau tweet de Francken sème la zizanie

    Le parlementaire nationaliste et ex-secrétaire d'État à l’Asile et la Migration Theo Francken provoque toujours des remous chez Fedasil, un an après avoir remis ses fonctions à Maggie De Block. En cause: une annonce, lancée par un employé de Fedasil qui se disait à la recherche de gants de boxe pour le centre de Poelkapelle, et que Theo Francken a relayée pour créer la polémique mais sans prendre la peine de masquer les coordonnées de l’intéressé. Depuis, le travailleur reçoit des menaces par téléphone. “C’est ce qui arrive quand on publie sans réfléchir sur les réseaux sociaux”, soupire Mieke Candaele, directrice de la communication de Fedasil.