Plein écran
© Femmes de Mars

La récolte de serviettes hygiéniques a eu un franc succès à Charleroi

InterviewsJeudi après-midi à Charleroi, le collectif féministe carolo, Femmes de Mars, a organisé une journée en l’honneur de l’ASBL bruxelloise, Bruzelle. L’ASBL bruxelloise a pour objectif principal de collecter des serviettes hygiéniques et de les redistribuer gratuitement dans la discrétion d’une jolie trousse, mais surtout dans la dignité aux personnes vivant en situation de précarité.

En deux heures de temps, Femmes de Mars et Bruzelle ont récolté un millier de serviettes hygiéniques à l’entrée des grands magasins de Charleroi. “Les gens ont été très généreux” nous explique la coordinatrice des Femmes de Mars, Margaux Joachim. “Et les hommes ont autant donné que les femmes.”

Après la récolte, un atelier de couture a été organisé: “Une quinzaine de personnes nous ont rejoints pour cette activité. Au total, une centaine de trousses ont été recueillies.” Une partie d’entre elles avaient été apportées par Bruzelle.

Plein écran
Action Bruzelle © Femmes de Mars

La présence de l’association bruxelloise dans la cité sambrienne n’a rien du hasard. Sa co-fondatrice, Veronica Martinez, nous a expliqué la démarche: “Plusieurs antennes ont vu le jour au départ de Bruzelle. L’une a fait son apparition à Namur, la seconde est sur le point d’être créée à Charleroi. Il y en aura également en Flandre. C’est un peu pour lancer le mouvement au Pays Noir que l’idée est venue de collaborer avec Femmes de Mars.”

Contacts

Mais comme l’action s’est tenue à Charleroi, c’est le collectif carolo qui s’occupera de la redistribution des serviettes hygiéniques pour les femmes qui vivent dans la rue ou en situation de précarité. Pour cela, Margaux Joachim se servira du réseau de Bruzelle: “Bruzelle a des contacts avec les Restos du Coeur, les CPAS (NDLR. Centre Public d’Aide Sociale)...”

Pour l’instant, aucune date ni aucun lieu de retrait n’a encore été défini: “Nous sommes à la recherche de gens compétents. Nous avons contacté des accompagnateurs de rue notamment. Il ne reste plus qu’à finaliser l’opération.” Ce qui devrait être fait dans le courant de la semaine prochaine.

Pour connaître les lieux où les serviettes hygiéniques seront distribuées, il suffit de se rendre sur le site web des Femmes de Mars: https://femmesdemars.be/

Plein écran
Action Bruzelle © Femmes de Mars
Plein écran
Action Bruzelle © Femmes de Mars
Plein écran
Action Bruzelle © Femmes de Mars
Plein écran
Action Bruzelle © Femmes de Mars
Plein écran
Action Bruzelle © Femmes de Mars
Plein écran
Action Bruzelle © Femmes de Mars
  1. De 10 à 15 ans de prison requis contre les cinq prévenus
    procès pédopornographie

    De 10 à 15 ans de prison requis contre les cinq prévenus

    Une deuxième journée est prévue au procès pour pédopornographie, devant le tribunal correctionnel de Termonde. La prochaine audience aura lieu le 11 février à 14h00. Le jugement est attendu au plus tôt le 10 mars. Le tribunal a requis la présence de l’un des prévenus, Dimitry D., à la prochaine audience. Celui-ci était effectivement absent vendredi, ce qui n’a pas plu à la juge. Le parquet a requis entre 10 et 15 ans de prison à l’encontre des cinq prévenus.
  2. Des gants de boxe pour un centre d’asile: un nouveau tweet de Francken sème la zizanie

    Des gants de boxe pour un centre d’asile: un nouveau tweet de Francken sème la zizanie

    Le parlementaire nationaliste et ex-secrétaire d'État à l’Asile et la Migration Theo Francken provoque toujours des remous chez Fedasil, un an après avoir remis ses fonctions à Maggie De Block. En cause: une annonce, lancée par un employé de Fedasil qui se disait à la recherche de gants de boxe pour le centre de Poelkapelle, et que Theo Francken a relayée pour créer la polémique mais sans prendre la peine de masquer les coordonnées de l’intéressé. Depuis, le travailleur reçoit des menaces par téléphone. “C’est ce qui arrive quand on publie sans réfléchir sur les réseaux sociaux”, soupire Mieke Candaele, directrice de la communication de Fedasil.
  1. Cinq hommes et sept femmes pour juger le meurtre du Decathlon d'Anderlecht

    Cinq hommes et sept femmes pour juger le meurtre du Decathlon d'Ander­lecht

    La cour d'assises de Bruxelles-Capitale, délocalisée en Brabant wallon, s'est réunie vendredi à Nivelles pour désigner le jury qui, à partir du jeudi 30 janvier, planchera sur un dossier du meurtre commis sur le site du magasin Decathlon d'Anderlecht dans la nuit du 5 au 6 juin 2016. L'accusé, G., 21 ans, originaire de Court-Saint-Etienne, était mineur d'âge au moment des faits. Il est poursuivi pour le viol et le meurtre d'une jeune fille âgée de 17 ans et demi dont le corps avait été découvert dénudé, en contrebas du toit du magasin Decathlon d'Anderlecht, quelques heures après les faits.