La reine Mathilde s'est rendue mercredi matin au Carrefour Market de Gerpinnes ce mercredi matin.
Plein écran
La reine Mathilde s'est rendue mercredi matin au Carrefour Market de Gerpinnes ce mercredi matin. © EPA

La reine Mathilde au supermarché pour soutenir les travailleurs

GerpinnesLa reine Mathilde s'est rendue mercredi matin au Carrefour Market de Gerpinnes afin de se rendre compte du quotidien des travailleurs en ces temps de crise sanitaire de coronavirus.

Après avoir pris toutes les mesures de sécurité et enfilé son masque buccal, la reine Mathilde a commencé sa visite de la grande surface par une rencontre avec une employée dont le père a été emporté par l'épidémie. La souveraine s'est entretenue quelques minutes avec la travailleuse, s'inquiétant de savoir si elle tenait le coup.

Accompagnée notamment de John Mestdagh, de Fabienne Bryskère, la CEO de Mestdagh, de Mohammed Boukamir, le directeur commercial de l'enseigne et de Silvio Moffa, directeur du magasin de Gerpinnes, la Reine a sillonné les rayons du magasin, en prenant le temps de s'intéresser aux mesures prises pour assurer la sécurité des clients mais également du personnel. 

"Le rayon traiteur par exemple a été déplacé pour éviter qu'il y ait des contacts avec les clients. Ceux-ci peuvent à présent se servir directement", a expliqué Mohammed Boukamir, le directeur commercial de l'enseigne. 

La Reine repart avec des cadeaux... et de la levure

La Reine a profité de l'occasion pour féliciter tous les employés qu'elle a croisé au cours de sa visite pour leur courage et leur engagement sans oublier d'échanger quelques mots avec des clients du magasin. "Aujourd'hui, je me sens protégée et je ne vis pas trop mal la situation", lui a confié une caissière. 

Après cette dernière rencontre, la Reine Mathilde s'est isolée quelques minutes avec divers responsables de rayons pour, une fois encore, comprendre leur quotidien en tant qu'employé mais aussi en tant qu'homme ou femme de famille. "C'était compliqué les quinze premiers jours et les gens ne respectaient pas toujours les règles de sécurité mais aujourd'hui, cela va beaucoup mieux", lui a expliqué l'une d'entre elles. 

Après une bonne heure, la souveraine est repartie les bras chargés de cadeaux avec deux colis composés notamment des fraises, de vin, de produits locaux et de levure dont elle avait visiblement besoin.

Plein écran
© Photo News
Plein écran
© Photo News
Plein écran
© Photo News
Plein écran
© Photo News
Plein écran
© Photo News
Plein écran
© Photo News
Plein écran
© Photo News
Plein écran
© Photo News
  1. Une réponse au plus tard le 3 juin pour les stages sportifs
    Coronavirus

    Une réponse au plus tard le 3 juin pour les stages sportifs

    L'annonce des entités fédérées et du fédéral vendredi, ouvrant la possibilité d'organiser camps scouts, stages et activités récréatives pour enfants et jeunes durant les vacances d'été, a dû soulager de nombreux parents, dans un contexte de déconfinement progressif. Rapidement, des questions se posaient cependant sur les stages et activités purement sportifs, qui ne sont pas couverts par la communication de vendredi. Une décision et une communication à ce sujet devraient intervenir au plus tard le 3 juin, a-t-on appris dimanche.
  1. “Les dos tournés et les kayaks risquent de suivre Sophie Wilmès”

    “Les dos tournés et les kayaks risquent de suivre Sophie Wilmès”

    Des dos tournés et des images qui voyagent. L’action symbolique menée par le personnel soignant du CHU Saint-Pierre le 16 mai dernier a été relayée par de nombreux médias étrangers et a trouvé écho jusqu’au Japon. Une haie de déshonneur susceptible d'écorner l’image de Sophie Wilmès? “Sur la scène internationale cela ne devrait pas avoir d’effet majeur”, considère Sandrine Roginsky, professeure en communication politique à l’UCLouvain. “Mais chez nous, cela risque de la suivre, au même titre que l'épisode des kayaks.”
  2. Saisie de 2 millions d'euros lors d'une enquête sur un trafic international de drogue en Flandre orientale

    Saisie de 2 millions d'euros lors d'une enquête sur un trafic internatio­nal de drogue en Flandre orientale

    La police judiciaire fédérale (PJF) a indiqué samedi avoir mis la main sur plus de 2 millions d'euros en espèces lors de perquisitions menées dans le cadre d'une enquête relative à un trafic international de drogue en Flandre orientale. Les forces de l'ordre ont également découvert des bijoux et plus de 130 véhicules. Cinq suspects ont été arrêtés en Belgique, trois aux Pays-Bas. Le gang est soupçonné d'avoir importé en Belgique de grandes quantités de cocaïne en provenance d'Amérique du Sud pendant plusieurs années.