Photo d'illustration.
Plein écran
Photo d'illustration. © Getty Images/Ingram Publishing

La RTBF et CAP48 ouvrent un numéro gratuit pour faciliter l'entraide de proximité

La RTBF et l'asbl CAP48 ont décidé de s'associer à la plateforme de solidarité de proximité "Impactdays.be" en proposant l'opération "Confinés mais pas seuls". Cette dernière vise à renforcer le dispositif digital existant par un centre d'appel destiné à toucher davantage de citoyens, annoncent les différentes parties lundi dans un communiqué.

  1. Bruxelles interdit la prostitution pour contenir l'épidémie
    Coronavirus

    Bruxelles interdit la prostituti­on pour contenir l'épidémie

    La prostitution de rue et celle dans des établissements dédiés à cette activité ont été interdites sur l'ensemble du territoire de la Ville de Bruxelles par une ordonnance du bourgmestre prise lundi, selon une information publiée en fin de journée sur la page Facebook du comité de riverains Alhambra, un quartier particulièrement touché par la prostitution. Elle est confirmée par le cabinet du bourgmestre Philippe Close.
  2. L’appli de traçage numérique “Coronalert” est disponible au grand public
    mise à jour

    L’appli de traçage numérique “Coronalert” est disponible au grand public

    “Coronalert”, l’application belge de traçage numérique des contacts utilisée dans la lutte contre la propagation du coronavirus, est désormais accessible à l’ensemble de la population belge, indique mercredi le comité interfédéral Testing & Tracing (CIF). Le dispositif vient compléter le suivi des contacts téléphoniques et fera l’objet d’une campagne nationale diffusée sur les réseaux sociaux et par affichage à partir du 1er octobre.
  3. Malade malgré tous les gestes barrières, elle culpabilise: “Combien de personnes ai-je pu infecter?”

    Malade malgré tous les gestes barrières, elle culpabili­se: “Combien de personnes ai-je pu infecter?”

    Près de 1.500 contaminations par jour en moyenne. Des chiffres derrière lesquels se cachent, le Centre de crise le rappelle régulièrement, de vraies personnes. Hilde Watty, 52 ans, est l'un de ces visages derrière les statistiques du coronavirus. Cette Brugeoise avait pourtant respecté toutes les mesures de précaution contre le virus. Et pourtant, elle est tombée malade: “J’ai froid, j’ai chaud. Je ressens une pression dans la poitrine. Je suis fatiguée. Tout mon corps n’est que douleur. Jamais de ma vie je n’ai été aussi malade”, explique-t-elle à Het Laatste Nieuws.