Benoît Ramacker, le porte-parole du Centre de crise.
Plein écran
Benoît Ramacker, le porte-parole du Centre de crise. © BELGA

“La situation est quasiment sous contrôle mais nous devons poursuivre”

En 24h, 420 admissions et 235 sorties ont été enregistrées dans des hôpitaux belges. Le nombre de patients en soins intensifs en raison d'une infection au nouveau coronavirus a diminué (-4 personnes), de même que ceux sous respirateurs (-11), ont annoncé lundi le Centre de crise et le SPF Santé publique lors de leur point quotidien. Un total de 185 nouveaux décès ont par ailleurs été comptabilisés.

Au total, 5.840 personnes sont hospitalisées en raison d'une infection liée au Covid-19. 1.257 patients sont actuellement en soins intensifs (-4 personnes par rapport à la journée de dimanche) et 984 autres sont assistées pour respirer (-11). 

185 décès ont par ailleurs été rapportés: 60 en Flandre, 80 en Wallonie et 45 à Bruxelles. Le nombre de morts monte donc à 1.632 depuis le début de l'épidémie. 

Pourquoi autant de morts en Belgique qu’en Allemagne?

Parmi ces décès, 80 pc ont eu lieu en hôpital et 20 pc en dehors du système hospitalier. Dans la grande majorité des cas, pour les décès hors hôpital, il n'y a pas eu de confirmation du diagnostic par test. "Ce sont donc ce que l'on appelle des personnes suspectes d'infections à coronavirus", a souligné Emmanuel André, porte-parole interfédéral de la lutte contre le Covid-19, qui précise que ces cas spécifiques concernent principalement des personnes âgées. 

"En Belgique, nous comptabilisons l'ensemble de ces décès comme étant ce qu'on pense être le meilleur reflet de la situation. Nous savons que dans d'autres pays on compte et on suit l'épidémie d'un façon quelque peu différente", a-t-il par ailleurs indiqué, répondant à une question sur le nombre de décès quasi similaire rapporté en Belgique et en Allemagne. 

Gare à l’effet week-end

En ce qui concerne les tests en laboratoires, 1.123 patients ont été confirmés positifs en 24h, dont 686 en Flandre (61 pc), 262 en Wallonie (23 pc), 137 à Bruxelles (12 pc). Pour 38 personnes, ces informations ne sont pas encore connues. Cela porte à 20.814 le nombre de personnes infectées et pour lequel le diagnostic est confirmé par test. 

"Si certains indicateurs sont aujourd'hui en train de s'améliorer ou de se stabiliser, notamment en ce qui concerne le nombre de personnes qui doivent être hospitalisées (...), nous voudrions attirer votre attention sur le fait que d'une part, il pourrait s'agir d'un effet du week-end puisque parfois les chiffres sont un peu moins importants, on l'a déjà vu par le passé, pendant un week-end", explique Emmanuel André. "Mais d'une manière générale, on s'oriente vers une stabilisation qui se fait avec un niveau d'intensité de travail important dans les hôpitaux et dans d'autres lieux, notamment les maisons de repos. Nous voyons des résultats mais il faut absolument maintenir nos efforts un certain nombre de semaines pour que nous puissions revenir à un niveau acceptable. (...) Même si les signaux positifs auraient tendance à nous inciter à relâcher les efforts, cela ne doit pas être le cas aujourd'hui", poursuit-il.

Benoît Ramacker: “La situation est en ce moment quasi sous contrôle”

Concernant les Belges se trouvant actuellement à l'étranger, "nous recevons des informations de certaines ambassades mais nous n'avons pas de vue globale sur la situation. Il est important que les Belges qui sont à l'étranger, s'ils sont malades, préviennent leur ambassade pour que nous puissions être bien informés de la situation dans chaque pays", a conclu Emmanuel André. 

“Toutes ces mesures, tous ces réflexes que nous avons adoptés, portent maintenant leurs fruits. La situation en ce moment est quasiment sous contrôle, et c'est en grande partie grâce à cet investissement solidaire que nous avons tous porté depuis le début. Mais on doit poursuivre”, a souligné Benoît Ramacker, le porte-parole du Centre de crise.