Train SNCB en gare de Charleroi-Sud
Plein écran
Train SNCB en gare de Charleroi-Sud © Photo News

La SNCB a rencontré le Comité de ligne 130a

Durant tout un temps, la ligne ferroviaire L130a qui relie Erquelinnes à Charleroi était sérieusement menacée car elle n’était pas suffisamment empruntée au goût de la Société Nationale des Chemins de fer Belges (SNCB). Un comité de ligne ouvert aux citoyens s’est mis en place afin de la défendre.

Le manque criant de moyens budgétaires du gestionnaire de l’infrastructure ferroviaire belge (Infrabel). C’est la seule raison invoquée par les responsables du chemin de fer pour la mise à voie unique d’une partie de la ligne 130a. C’est ce qu’affirme le Comité de ligne 130a à la suite de la réunion qui s’est tenue à Thuin le 27 janvier dernier.

Les quatre représentants de la SNCB et d’Infrabel ont dressé un état des lieux de la ligne selon leurs compétences respectives. Ils ont tenu à rassurer les usagers sur le maintien de la ligne et de l’offre de transport actuelle au moins jusqu’à 2023. Cette  année-là, la libéralisation du trafic voyageurs dans l’Union Européenne rentrera en vigueur. 

Ponctualité

Selon le Comité de ligne 130a, ils n’ont, en revanche, pris aucun engagement quant à une amélioration de la ponctualité des trains. Tout en reconnaissant que la dégradation de celle-ci découle de la mise à voie unique du tronçon entre Hourpes et Lobbes, ils ont affirmé que la capacité de la ligne était à saturation entre la desserte locale, les trains de marchandises et la paire de trains internationaux entre Namur et Maubeuge.

Quoi qu’il en soit, le comité se félicite de constater qu’un dialogue s’est noué avec les représentants des chemins de fer. Il souhaite en entretenir ce lien. Mais il ne compte lâcher du lest sur ses revendications. Parmi elles, il y a, à court terme, un retour à la ponctualité des liaisons S63 et avant qu’un gouvernement fédéral soit formé, une augmentation conséquente des moyens alloués à la SNCB et Infrabel. 

Lors de sa prochaine réunion, le comité cherchera à structurer son cahier de revendications à la lumière des informations communiquées par la SNCB et Infrabel.

  1. L’horeca belge va perdre 1,7 milliard d’euros: “Un impact sans précédent”

    L’horeca belge va perdre 1,7 milliard d’euros: “Un impact sans précédent”

    La fédération flamande de l'horeca a estimé à 1,7 milliard d'euros les pertes encourues par tout le secteur en Belgique, maintenant qu'il est assuré que le confinement destiné à endiguer la propagation du coronavirus est prolongé jusqu'à la fin des vacances de Pâques. Ce montant est nettement plus élevé que le manque à gagner constaté dans la foulée des attentats en 2015 à Paris et en mars 2016 à Bruxelles.
  2. Oubliez la délivrance du 5 avril: les mesures prolongées au-delà des vacances de Pâques

    Oubliez la délivrance du 5 avril: les mesures prolongées au-delà des vacances de Pâques

    Si vous espériez encore naïvement un retour à la vie normale le week-end prochain, trêve d’espérances: il est plus qu’évident que le Conseil national de Sécurité rallongera aujourd’hui les mesures de confinement d’au moins deux semaines, soit jusqu’à la fin des vacances de Pâques. Selon le virologue Steven Van Gucht, qui fait partie du conseil scientifique qui conseille le gouvernement, il ne faut même pas se faire d’illusions sur le reste du mois d’avril non plus.