Plein écran
© photo_news

La société des journalistes de la RTBF dépose une motion de méfiance

La société des journalistes (SDJ) de la RTBF a déposé une motion de méfiance, mercredi soir, dénonçant "l'échec du plan de transformation de la rédaction un an après sa mise en oeuvre", d'après une information du journal L'Echo, confirmée à l'agence Belga par la direction du service public. "Nous avons entendu le signal et des discussions sont en cours pour rechercher des solutions", a indiqué sa porte-parole Axelle Pollet.

D'après L'Echo, les principaux griefs émis par la SDJ concernent "la planification centralisée et sa gestion très impersonnelle et bureaucratique" ainsi que "des rigidités de fonctionnement qui s'accommodent peu avec le fonctionnement d'une rédaction". 

La diminution des piges, la réorganisation de la rédaction et la difficulté pour les journalistes de s'installer dans un domaine d'expertise "pourtant une nécessité absolue pour l'avenir de l'information de service public et pour la crédibilité de la RTBF auprès de tous les publics" inquiètent également la SDJ qui soupçonne, en filigrane, "un plan d'économies caché sur l'info et un manque de transparence sur les moyens financiers et humains dédiés à l'information", écrit L'Echo.

Contactée par Belga, la société des journalistes de la RTBF n'a pas souhaité commenter l'information dans la mesure où "le dialogue se poursuit". 

“Des discussions sont en cours pour rechercher des solutions”

La volonté est la même du côté de la direction qui n'entend pas "mettre le feu aux poudres", a réagi sa porte-parole Axelle Pollet. "Le signal a été entendu. Des discussions sont en cours pour rechercher des solutions", a-t-elle ajouté.

D'après L'Echo, la direction devrait organiser une réunion dans le courant de la semaine prochaine pour répondre à l'ensemble des questions des journalistes sur les moyens financiers et humains. Selon l'administrateur général du service public, Jean-Paul Philippot, le plan de transformation n'est pas synonyme de réduction de moyens. 

  1. Menace de grève au sein de la police de la route: “Puni alors qu’il méritait des félicitations”

    Menace de grève au sein de la police de la route: “Puni alors qu’il méritait des félicitati­ons”

    Plus d’un millier d’agents de la police de la route menacent de faire grève pendant plus d’un mois, écrivent mardi Het Laatste Nieuws et De Morgen. La raison de leur mécontentement est la sanction infligée à l’un de leurs collègues pour avoir tiré un coup de semonce alors que lui et un autre agent étaient attaqués par un groupe de dix personnes. “Bravo. Puni alors qu’il méritait des félicitations”, déclare le syndicat de police.