Plein écran
Le siège de la Sûreté de l'Etat à Bruxelles. © Photonews

La Sûreté de l'État a repéré 80 demandeurs d'asile l'an dernier

La Sûreté de l'État a identifié l'année dernière 80 demandeurs d'asile représentant une menace potentielle pour l'ordre public et en a averti l'Office des Etrangers. Trente-six d'entre eux relevaient de radicalisme ou de terrorisme, même si leur implication pouvait parfois être minime, rapporte vendredi le quotidien De Tijd. 

Les services de renseignement ont examiné l'année dernière quelque 23.464 demandeurs d'asile. Pour 80 d'entre eux, un résultat a été trouvé lors du croisement de bases de données. En 2017, ce nombre s'élevait à 125 sur un total de 158.000 personnes screenées. 

La Sûreté de l'État n'enquête pas seulement sur des cas possibles de terrorisme ou d'extrémisme mais passe également en revue d'autres menaces, telles que l'espionnage, la prolifération d'armes nucléaires, les sectes nuisibles. Un résultat positif ne signifie par ailleurs pas nécessairement que la personne est dangereuse. Il s'agit d'individus qui, à un moment ou à un autre, dans leur parcours, ont attiré l'attention des services de renseignement.

L'Office des Étrangers peut demander des informations supplémentaire à la Sûreté de l'État sur les demandeurs d'asile signalés, ce qui peut donner lieu à une recherche plus approfondie.

  1. Les drapeaux flamingants retirés au Pukkelpop, Peter De Roover exige des excuses publiques

    Les drapeaux flamin­gants retirés au Pukkelpop, Peter De Roover exige des excuses publiques

    Le chef de groupe N-VA à la Chambre, Peter De Roover, a exigé des excuses publiques de l'organisateur du Pukkelpop, Chokri Mahassine, pour avoir fait retirer vendredi du site du festival les drapeaux flamingants frappés du lion noir (contrairement aux drapeaux flamands qui présentent également des teintes de rouge avec les griffes et la langue de l'animal, NDLR). Le festival avait expliqué son geste car il s'agit d'un "symbole de la collaboration, qui n'a pas sa place ici". Mais une telle appellation reste en travers de la gorge de M. De Roover.
  2. Drame à Grammont: Nick aurait poignardé son grand-père qui refusait de lui donner de l’argent
    Mise à jour

    Drame à Grammont: Nick aurait poignardé son grand-pè­re qui refusait de lui donner de l’argent

    Mercredi, un homme de 81 ans a perdu la vie à Grammont, poignardé par son petit-fils. Le soir-même, les voisins ont aperçu le suspect, Nick, 23 ans, acheter une glace au marchand de glace ambulant. Quelques minutes plus tard, il s’est rendu chez son grand-père avant de le poignarder à mort avec une paire de ciseaux. Il s’est ensuite retourné contre sa grand-mère, qui tentait d’intervenir. On soupçonne aujourd’hui le jeune homme d’avoir sonné à la porte de ses grands-parents pour réclamer de l’argent pour s’acheter de la drogue. Il a été placé sous mandat d’arrêt et inculpé d’assassinat et de tentative de meurtre sur sa grand-mère, a indiqué vendredi le parquet de Flandre orientale.