La tour des finances, à Bruxelles
Plein écran
La tour des finances, à Bruxelles © Photo News

La Tour des Finances vendue pour 1,2 milliard d'euros, le contribuable paye la facture

En 2001, la Finance Tower a été vendue à 272 millions d’euros. En 2020, la même tour a été vendue à 1,2 milliard d’euros. De 2002 à 2031, l'État belge a dû verser au magnat néerlandais de l’immobilier Frank Zweegers 1,1 milliard d’euros, sans tenir compte de l’indexation.

On a appris lundi la vente de la Tour des Finances, qui offre une superficie d’environ 200.000 mètres carrés de bureaux situés au croisement entre le boulevard du Jardin Botanique et la rue Royale, pour la coquette somme de 1,2 milliard d’euros. La tour abrite aujourd’hui le service public des Finances, qui loue à long terme cet espace de bureaux. La Sécurité sociale et d’autres services publics y sont également implantés

Amiante

Il faut remonter bien avant la vente de la tour en 2001 pour comprendre l’histoire. Jusqu’à cette date, la tour, qui avait été achevée en 1982, appartenait à l’État belge. L’immeuble avait besoin d’être rénové, car de l’amiante cancérigène avait été utilisé à plusieurs endroits dans le bâtiment. Le gouvernement de l’époque, avec le Premier ministre Verhofstadt (Open Vld), Rik Daems (Open Vld) et Johan Vande Lanotte (sp.a), a jugé utile de vendre la tour et de la louer directement à son nouveau propriétaire. L’objectif était d’économiser des millions en confiant le soin de faire les travaux au nouveau propriétaire. La vente de la Tour des Finances a donc été conclue en 2001. Un rapport de la Cour des comptes a avancé la somme de 272 millions d’euros, la presse a parlé de 311 millions. Les nouveaux propriétaires ont comme prévu rénové la tour pour 325 millions d’euros et le gouvernement a loué la tour pendant vingt ans.

Loyers

83 autres immeubles ont fait l’objet de la même manœuvre, pour un total de 1,3 milliard d’euros. L’équilibre budgétaire était maintenu mais il fallait encore que les gouvernements suivant règlent les loyers de 1,8 million d’euros au total. Des contrats de location à 25 ans ont été signés. Le Trésor Public a donc reçu des millions lors des ventes mais le contribuable allait devoir assurer tous les loyers les années suivantes. De plus, le loyer a été automatiquement indexé chaque année et est passé de 42,7 à 59 millions d’euros par an. Une question parlementaire du CD&V a permis de mettre en évidence qu’en 2018, le gouvernement avait payé 161 millions d’euros pour tous les bâtiments arrangés par vente et location. 

Un “gouvernement sous pression”

“Ce n’était pas la solution la plus adéquate”, déclare Servais Verherstraeten, aujourd’hui chef du parti CD&V à la Chambre, qui a aussi oeuvré durant les années Verhofstadt I et II. “Je me souviens que le gouvernement était sous pression. Beaucoup de ces contrats de vente et de location ont été conclus entre Noël et Nouvel An, ce qui signifie que le gouvernement n’avait absolument aucune marge de négociation parce qu’il voulait exécuter les actes avant le 1er janvier de l’année suivante”. 

Enquête judiciaire

L’achat de la Tour des Finances en 2001 a baigné dans une atmosphère de corruption de fonctionnaires de l’Administration des bâtiments. En 2012, trois hommes étaient poursuivis pour avoir reçu 9 millions d’euros de pot-de-vin lors de la vente et deux ont été condamnés. Un ancien chef de police a déclaré avoir reçu de l’argent du Néerlandais Frank Zweegers, celui qui a racheté la tour. Ce dernier l’a toujours nié.

Fin 2019, il s’est avéré que le ministre des finances avait un désaccord avec le propriétaire, au sujet de l’impôt à payer par la Tour des Finances. Les autorités fiscales réclament 13 millions d’euros d’impôts, que Frank Zweegers refuse de payer, car son entreprise ferait à peine des bénéfices. Le tribunal a statué contre Frank Zweegers, mais ce dernier a fait appel. 

La location de la Tour des Finances au-dessus des prix du marché 

Le prix de location de la Tour des Finances à Bruxelles s’élèverait désormais à 350 euros par mètre carré par an alors que des bureaux comparables à Bruxelles se louent de 225 à 250 euros le mètre carré, ce qui représente une différence de 15 à 20 millions d’euros par an, écrit De Tijd lundi.

Du côté de la Régie des Bâtiments, on souligne qu’une négociation du contrat de bail est en principe impossible, sauf à revoir à la hausse la durée du bail. La Régie espère par ailleurs faire passer l’occupation de la Tour des Finances de 4.800 à 6.000 personnes. 

  1. Encore un milliard d'euros pour faire face à la crise: “L’argent dépensé, il faudra le récupérer quelque part”

    Encore un milliard d'euros pour faire face à la crise: “L’argent dépensé, il faudra le récupérer quelque part”

    La commission des Finances de la Chambre a approuvé mardi, à l'unanimité moins l'abstention du PTB, le projet de loi qui couvre les crédits fédéraux pour avril, mai et juin. Le texte accorde un milliard d'euros à la provision interdépartementale afin de faire face aux dépenses urgentes de la crise. Une grande partie sera affectée aux dépenses sanitaires, a indiqué le ministre du Budget, David Clarinval.