Plein écran
© BELGA

La trottinette électrique écorne (un peu) la voiture

L'usage de la trottinette électrique à Bruxelles remplace essentiellement les trajets qui auraient été réalisés en transports en commun ou à pied, mais elle prend aussi la place de certains trajets en voiture ou à moto, écrit Le Soir, mercredi, sur base d'une étude de Bruxelles Mobilité.

Sept "trottinettistes" sur dix se sont tournés vers cet engin pour remplacer les transports en commun combinés à la marche. Pour 26%, il s'agit de substituer les trajets réalisés avec un véhicule motorisé personnel (moto, voiture, scooter). Bruxelles Mobilité a également établi un profil type des usagers de la trottinette électrique: deux sur trois sont des hommes, à l'instar des cyclistes (64,1%). Ils sont plutôt jeunes (44% ont entre 25 et 34 ans) et diplômés (plus de la moitié a un diplôme de l'enseignement supérieur).

Autre enseignement: à peine un utilisateur de trottinette partagée sur cinq l'enfourche plusieurs fois par semaine. La plupart y recourent une à trois fois par mois (30%), voire moins. Les trajets effectués sont souvent de courte durée, généralement entre 5 et 10 minutes et inférieurs à 20 minutes.

  1. De plus en plus de grippes, mais pas encore d'épidémie

    De plus en plus de grippes, mais pas encore d'épidémie

    Le nombre de cas de grippe dans notre pays continue d'augmenter, mais reste en dessous du seuil épidémique, a déclaré mercredi l'institut scientifique de santé public dans son rapport hebdomadaire sur la grippe. Entre le 13 et le 19 janvier, 109 personnes pour 100.000 habitants ont consulté leur médecin traitant pour des problèmes de grippe (fièvre, toux, douleurs musculaires, fatigue, etc.). La semaine précédente, il y avait 94 consultations pour 100.000 habitants.
  2. Des messages de haine après le drame à La Panne: une enquête ouverte

    Des messages de haine après le drame à La Panne: une enquête ouverte

    Mardi, une vaste opération de sauvetage de migrants a eu lieu au large de Le Panne. Quatorze personnes étaient montées en pleine nuit dans une embarcation pour tenter la traversée jusqu’au Royaume-Uni. Leur bateau a chaviré et les réfugiés ont regagné le littoral. Six d’entre eux ont été interpellés au cours de l’opération qui a suivi le naufrage. Huit autres sont toujours portés disparus. Suite à certains commentaires haineux publiés sur les réseaux sociaux, une enquête a été ouverte. “Une cellule spécialisée de la Police fédérale est à la recherche de personnes susceptibles d'avoir enfreint la loi anti-raciste”, commente Johan Lescrauwaet, du parquet d’Ypres. “C’est un signal important pour montrer que cela ne sera pas toléré.”