Illustration.
Plein écran
Illustration. © AFP

La vague de chaleur est désormais officielle

MISE À JOURPeu en doutait encore, mais c’est à présent officiel: la Belgique connaît actuellement une vague de chaleur. Samedi matin, la température dans le pays a en effet à nouveau dépassé les 25 degrés Celsius, et ce pour le cinquième jour consécutif, a commenté le météorologiste David Dehenauw sur Twitter.

  1. Une entreprise wallonne sur dix en danger à cause de la crise énergétique

    Une entreprise wallonne sur dix en danger à cause de la crise énergéti­que

    Plus d’une entreprise wallonne sur dix risque d’être contrainte de stopper son activité à cause de la crise énergétique, rapporte une étude de l’Université Libre de Bruxelles (ULB) jeudi. Les sociétés wallonnes sont d’ailleurs trop vulnérables face aux crises car une sur cinq ne peut pas faire face à la pénurie de main-d’œuvre. Elles réclament une réaction “rapide et adéquate” des pouvoirs publics.
  2. Pourquoi cette vague de chaleur nous paraît plus supportable
    mise à jour

    Pourquoi cette vague de chaleur nous paraît plus supporta­ble

    Notre pays connaît cette semaine la première vague de chaleur - officielle - de l’année, du moins si les prévisions se confirment. Dans les prochains jours, le mercure devrait grimper jusqu’à 34, voire 35 degrés. Bien qu’il fasse indubitablement chaud, les températures élevées que nous connaissons en ce moment nous paraissent légèrement plus supportables que celles que nous avons connues plus tôt cet été. Pourquoi?
  3. Les femmes et les personnes pauvres courent plus de risques de développer des problèmes psychologiques

    Les femmes et les personnes pauvres courent plus de risques de développer des problèmes psychologi­ques

    Les femmes et les personnes vulnérables économiquement courent plus de risques de développer des problèmes psychologiques en raison de la pauvreté, des discriminations et de la charge mentale pesant sur leur bien-être. Pourtant, ce sont justement ces personnes qui ont plus de difficultés à accéder aux soins psychologiques, ressort-il jeudi d'une étude de la Mutualité chrétienne (MC).