Les arnaques sur Internet sont de plus en plus nombreuses
Plein écran
Les arnaques sur Internet sont de plus en plus nombreuses © getty

La Ville de Charleroi met en garde contre de nouvelles arnaques suite au coronavirus

Les arnaques sur le web et dans la vie de tous les jours sont toujours d’actualité. Mais avec la crise du coronavirus, les arnaques commerciales et le vol par ruse revêtent une autre forme. En effet, les malfrats inventent de nouvelles astuces pour tenter d’extorquer de potentielles victimes.

La Direction Prévention et Sécurité de la Ville de Charleroi et son Service Prévention des Délits ont dressé une liste des arnaques qui ont vu le jour suite au coronavirus. En voici les détails!

En magasin physique ou en ligne

Des prix parfois exorbitants peuvent être demandés pour un simple gel désinfectant, des masques, etc. Avant tout achat, émotionnel ou fondé, la Ville de Charleroi  conseille de préférer les indications du pharmacien habituel. Si un produit n’est actuellement plus disponible, il est recommandé de le réserver auprès de ce même pharmacien pour éviter un prix déraisonnable ailleurs ou en ligne.

Par ailleurs, il convient de respecter ces quelques consignes lorsqu’un achat en ligne est envisagé:

• N’utilisez pas votre carte bancaire sur n’importe quel site d’achat.

• Assurez-vous que le site est sécurisé: un « s » après le « http » et le symbole d’un cadenas fermé doivent figurer dans la barre d’adresse du site.

• Repérez les fautes d’orthographe, d’accord et autres coquilles: ce sont des indications de site frauduleux.

• En cas de doute, contactez la plateforme commerçante, par téléphone ou par mail.

Ces mêmes consignes valent pour tout SMS suspicieux demandant une connexion.

En cas d’escroquerie, il est indispensable de contacter votre banque dans les plus brefs délais.

Vol par ruse

De faux agents (communaux, provinciaux ou fédéraux) se présentent au domicile de la victime en vue d’une prétendue inspection avant désinfection. L’inspection, qui a bien lieu, consiste en la commission immédiate d’un petit vol (bijoux, argent, petit multimédia, etc.) ou en un repérage des lieux (configuration de votre habitation, présence d’un système d’alarme, biens intéressants, etc.) en vue d’un éventuel cambriolage.

Cette technique, déjà connue en Italie et en France, touche maintenant la Belgique. 

Service communal

À ce sujet, le Service Prévention des Délits (SPD) de la Ville de Charleroi rappelle qu’il intervient soit après un fait de cambriolage soit à la demande expresse d’un citoyen avant ou après victimisation. En tant que service communal, il est gratuit et ne pratique pas le démarchage.

Les conseillers en prévention vol du SPD sont en possession d’une carte de légitimation. Ils sont dans l’obligation de la présenter si le concitoyen en fait la demande avant de les inviter à rentrer chez lui. En cas de doute, il est demandé d’appeler le 071/86.15.47 ou d’envoyer un e-mail à: spd@​charleroi.​be.

Il est important de savoir que les déplacements des agents de ce service chez tout bénéficiaire sont suspendus jusqu’au 5 avril en raison de la crise du coronavirus.

Cybercriminalité

Des cybercriminels utilisent le coronavirus comme appât pour obtenir identifiants et mots de passe. Un mail est envoyé accompagné d’un fichier d’apparence anodine, puisqu’il s’agirait d’une information relative à ce virus.

Il convient de ne surtout pas ouvrir le fichier: il installe un “malware” (cheval de Troie, virus, etc.) et s’empare furtivement des données de la victime.

Les conséquences peuvent être fâcheuses: mots de passe des réseaux sociaux dérobés, codes bancaires subtilisés et compte ponctionné, appareil bloqué et déverrouillé contre le paiement d’une rançon, etc.

D’autres mails et/​ou pièces attachées peuvent diriger vers une interface de connexion ressemblant à s’y méprendre à l’interface d’une instance officielle. Sur cette page, la cible est invitée à s’identifier. Le but est clairement de soustraire son identifiant et son mot de passe.

Retrouvez, ici, toute l’actualité de Charleroi et de sa région.