“Laissez voyager les Belges!”

Quatre infections au coronavirus sur cinq touchant des Belges ne se produisent pas à l'étranger mais dans notre pays, a souligné dimanche la coupole rassemblant l'Union professionnelle des agences de voyages francophones (UPAV) et l'Association des agences de voyages flamandes (VVR). Ils appellent les autorités à “laisser travailler les voyagistes” et à “laisser voyager les Belges”.

  1. Le risque de contamination à l'étranger n’est pas plus important qu'en Belgique, selon les voyagistes

    Le risque de contamina­ti­on à l'étranger n’est pas plus important qu'en Belgique, selon les voyagistes

    L'Association belge des tours-opérateurs (ABTO) déplorent les déclarations des porte-paroles interfédéraux. Selon l’organisation, les chiffres présentés lors des conférences de presse ne permettent “pas d’affirmer que le risque de contamination à l'étranger est plus important qu'en Belgique”. L'ABTO regrette “que les voyages et les voyageurs soient ainsi placés sous un jour extrêmement défavorable”.
  2. Près de 50.000 voyageurs revenus de zone rouge depuis début août

    Près de 50.000 voyageurs revenus de zone rouge depuis début août

    Depuis le 1er août et comme requis après un séjour à l'étranger de plus de 48 heures, 1.114.148 formulaires de localisation des passagers (passenger locator form) ont été remplis, d'après les chiffres disponibles vendredi auprès du SPF Santé publique. Près de 50.000 de ces formulaires concernaient des personnes de retour d'une région classée rouge, pour laquelle une mise en quarantaine et un dépistage du coronavirus sont obligatoires une fois en Belgique.
  3. Épargne-pension: évitez ce piège fiscal

    Éparg­ne-pension: évitez ce piège fiscal

    L’épargne-pension offre un peu de répit financier et vous offre également un avantage fiscal. Pourtant, augmenter l’épargne-pension ne génère pas nécessairement un avantage fiscal plus important. Près de 3.000 épargnants ont même reçu cette année un avantage fiscal moindre que lorsqu’ils avaient épargné un peu moins. C’est ce qu’affirme L’Echo, sur la base de données du SPF Finances. Guide-epargne.be vous explique comment éviter ce piège fiscal.
  1. La Belgique n'est plus la championne de la surmortalité mais il n’y a pas non plus de quoi se pavaner

    La Belgique n'est plus la championne de la surmorta­lité mais il n’y a pas non plus de quoi se pavaner

    La Belgique et ses dirigeants ont recraché leur café en découvrant un matin de juin que le New York Times la plaçait à la première place mondiale en termes de morts liées au coronavirus par rapport à sa population. Mais était-ce bien juste? Pour le savoir, la Première ministre Sophie Wilmès a commandé une étude à l’ULB et à la VUB sur la surmortalité liée au Covid-19. Le rapport, réalisé par Raphaël Lagasse, épidémiologiste, professeur à l’École de santé publique de l’ULB, et Patrick Deboosere, professeur à la VUB et président du Conseil supérieur de la statistique, est bouclé. Cette étude souligne que si la Belgique n’est pas, même en Europe, la championne de la surmortalité, elle fait tout de même partie des élèves moyens, voire médiocres. Le rapport met également l’accent sur les ravages faits par l’épidémie dans les maisons de repos. Voici les cinq grandes conclusions que l’on peut en tirer.
  2. La commune de Jette impose aussi la quarantaine aux élèves qui reviennent d’une zone orange

    La commune de Jette impose aussi la quarantai­ne aux élèves qui reviennent d’une zone orange

    La commune de Jette impose non seulement aux enseignants et élèves revenant d'une zone classée "rouge" d'observer une quarantaine de 14 jours à dater de leur retour en Belgique mais également ceux qui reviennent d'une zone classée "orange", indiquent dimanche plusieurs médias ainsi que le site internet de la commune bruxelloise. La règle concerne tous les enfants de l'enseignement communal (francophone et néerlandophone) à Jette.