Plein écran
© BELGAONTHESPOT

Le bilan du Carnaval de Charleroi: affluence, interventions policières...

InterviewsLe Carnaval de Charleroi possède plusieurs particularités. Par exemple, il offre la possibilité à ses citoyens de brûler leurs idées noires avec un corbeau confectionné pour l’occasion. Il se veut également écoresponsable. Nous avons fait le point sur son édition 2020.

“Entre 6.000 et 7.000 personnes étaient présentes au Carnaval de Charleroi. 1.200 d’entre elles étaient des participants aux festivités.” C’est ce que nous a confié l'Échevine des Fêtes, de l’Artisanat et du Commerce, Babette Jandrain (PS). 

Progression

Et elle s’en réjouit: “Il y avait beaucoup plus de monde que l’année dernière. Il n’y avait pas photo.” Néanmoins, elle n’a pas pu nous fournir d’estimations pour l’édition précédente: “Je ne veux pas lancer des chiffres en l’air. Mais je peux vous l’assurer, les Carolos se sont davantage déplacés cette année. Et pourtant, la pluie était au rendez-vous. En plus, les retours que j’ai reçus ont tous été positifs. Les propriétaires de commerces étaient tous ravis. Les clients ont afflué tout au long de la journée.”

Il faut dire que le Carnaval carolo revient du diable vauvert: “C’est une manifestation qui est de plus en plus costaude qualitativement. D’année en année, il gagne en force. Il a pour particularité de respecter le folklore local, mais aussi d’y associer ses citoyens grâce notamment à l’Eden (NDLA. le Centre Culturel carolo).”

Police

De son côté, le porte-parole de la police de Charleroi, David Quinaux, se félicite également de la tournure des événements: “Il n’y a eu absolument aucun incident à déplorer. Pas plus que d’habitude en tout cas! Il y a juste eu quelques cas d’ivresse publique.”

Comme pour tout rassemblement d’envergure, les moyens mis en place par les forces de l’ordre étaient conséquents: “Il y avait un dispositif visible, non-visible, technologique... Mais je n’en dirai pas plus.”

Avenir

De quoi déjà penser à l’avenir avec optimisme! “L’idéal serait que le nombre de participants et de spectateurs augmente encore l’année prochaine” déclare Babette Jandrain. À titre de comparaison, le Carnaval de Binche a attiré environ 100.000 personnes bien qu’il soit évidemment éminemment plus touristique.

  1. “Rouvrir les écoles en premier, l’horeca en dernier”

    “Rouvrir les écoles en premier, l’horeca en dernier”

    Il faudra en premier lieu rouvrir les écoles, graduellement cesser le télétravail, et puis après rouvrir les cafés et restaurants, estime la ministre de l’Economie Nathalie Muylle (CD&V) en évoquant un retour à la normale après la pandémie de Covid-19. “C’est pourquoi nous devons soutenir au maximum le secteur horeca: nous oeuvrons avec chaque secteur à des mesures spécifiques pour rendre la relance possible”, assure-t-elle lundi dans Het Laatste Nieuws.