Plein écran
Le Ministre Bart Somers visite la ville de Bilzen et le futur centre d'asile de Bilzen après l'incendie criminel du week-end dernier. Johan Sauwens, le bourgmestre de Bilzen, à sa droite © Photo News

Le bourgmestre de Bilzen: “L’impact des centres d’asile est limité, même Theo Francken l’admet”

La Flandre a décidément du mal à étouffer l’incendie. Plusieurs jours après que les flammes ont endommagé le futur centre d’asile de Bilzen et autant de pugilats dans l’hémicycle flamand plus tard, le bourgmestre CD&V de Bilzen, Johan Sauwens, veut en revenir au fond. “L’impact des centres d’asile sur les communes se révèle toujours limité après coup. Et ça, même Theo Francken le dit”, rappelle le maïeur.

Rude semaine pour Johan Sauwens, dont la commune cristallise actuellement l’écueil idéologique entre partis flamands. Alors qu’un incendie criminel a ravagé le futur centre Fedasil heureusement encore vide de Bilzen, le bourgmestre a annoncé des mesures de prévention supplémentaires. Afin de dissuader les auteurs d’actes de ce type et de garantir la sécurité des futurs résidents, cinq caméras de vidéosurveillance seront disposées tout autour du périmètre. “Nous avons déjà un réseau de caméras monitoré par la police locale et nous allons placer cinq appareils autour du futur centre”, confirme-t-il. 

Plein écran
Incendie criminel d'un futur centre d'accueil Fedasil à Bilzen © Photo News

“La majorité des habitants savent relativiser, eux”

En parallèle, il se réjouit d'un semblant de retour au calme dans sa commune, après voir été une bien triste source d'intérêt au cours des derniers jours. “Pour être honnête, je suis choqué par ce qu'il s’est passé. Que vous protestiez face à l’arrivée d’un centre d’asile, pas de problème. C’est ce qu’il s’est passé dans de nombreuses autres villes du pays. Mais Grote-Spouwen a soudain été frappé par une tempête. Cela a été amplifié par cet incendie. Mais croyez-moi, l’extrême majorité de la population est calme et sait parfaitement relativiser”, nuance l’ancien membre de la Volksunie.

Plein écran
Certains habitants ont signalé leur désapprobation à l’idée d’accueillir un centre Fedasil dans la commune © Photo News

Johan Sauwens tâche de se cantonner à des éléments tangibles pour dédramatiser la “problématique” telle que la voient certains habitants. Il se fie à l’expérience de communes comme Lanaken, Helchteren, Leopoldsburg ou Lommel, qui ont toutes leur centre d’asile. “Je suis entré en contact avec les autorités locales et les ministres. Dans tous les cas, l’impact de ces centres et les nuisances se révèlent limités. Les craintes préalables sont toujours supérieures aux faits. Et cela, même Theo Francken le dit”, tempère le bourgmestre. 

Des demandeurs d’asile physiquement vulnérables

Depuis les polémiques et incidents qui ont entaché la réputation de la commune limbourgeoise, des précisions ont été données sur les futurs résidents de l’établissement de Grote-Spouwen. Les demandeurs d’asile qui y seront reçus souffriraient tous de problèmes médicaux et d'une mobilité réduite. C’est pour cela que les lieux avaient été choisis à l’origine: l’ancienne maison de repos dispose des infrastructures nécessaires pour recevoir et soigner des personnes fragiles ou qui se déplacent difficilement. Un argument de plus pour déconstruire les angoisses injustifiées d’une certaine frange de la population locale et largement récupérées par le Vlaams Belang.

Plein écran
“Warm Bilzen”: Bilzen n’est pas composée que de xénophobes, a signifié le bourgmestre de la commune limbourgeoise. Un collectif local a d’ailleurs prévu de se réunir ce vendredi soir pour exprimer son ouverture aux demandeurs d’asile et témoigner sa solidarité © Rv
  1. Le permis du camionneur qui a renversé Celio retiré, le message poignant de l’école
    Play

    Le permis du camionneur qui a renversé Celio retiré, le message poignant de l’école

    Après la mort de Celio, 11 ans, mortellement renversé par un camion sur le chemin de l’école à Alost, le permis du chauffeur lui a été retiré pour quinze jours, confirme le parquet de Flandre orientale. Cela ne met pas en cause le conducteur de poids-lourds pour autant, car la mesure est automatique en cas d’accident mortel. Le conducteur n’était pas sous influence lors de l’accident mais, sous le choc, il a dû être pris en charge.
  2. La grève sur le rail du 19 décembre prochain est confirmée
    Mise à jour

    La grève sur le rail du 19 décembre prochain est confirmée

    Le syndicat socialiste, la CGSP Cheminots, a confirmé jeudi la tenue d’une grève sur le rail belge entre le 18 décembre à 22h00 et le lendemain à la même heure. Avec son homologue libéral, le SLFP, il avait déposé un préavis de grève mardi, auquel s’était également associé le syndicat indépendant des cheminots (SIC). Une réunion de conciliation ce jeudi après-midi pouvait encore faire bouger les lignes, mais cela n’a pas été le cas.