Plein écran
© afp

Le cardinal De Kesel invité à témoigner au procès du "diacre de la mort"

La défense d'Ivo Poppe, un ancien diacre accusé d'au moins 10 assassinats, souhaite que le cardinal Jozef De Kesel puisse témoigner lors de son procès devant la cour d'assises de Bruges, a-t-elle fait savoir jeudi lors d'une audience préliminaire. La liste définitive des témoins sera connue le 9 novembre.

Plein écran
Ivo Poppe, l'ancien diacre de Wevelgem, est accusé d'au moins 10 assassinats. © belga

Ivo Poppe, 61 ans, est l'ancien diacre de Wevelgem. Il est incarcéré depuis le mois de mai 2014, car il aurait accéléré la mort de plusieurs patients en phase terminale entre 1980 et 2011 alors qu'il travaillait comme infirmier puis comme collaborateur pastoral au sein de l'hôpital du Sacré-Coeur de Menin (devenu aujourd'hui AZ Delta). Quatre membres de sa famille, dont sa mère, font également partie des victimes.

Accusé d'assassinat et d'exercice illégal de la médecine, le sexagénaire a expliqué avoir délivré de leurs souffrances des malades en phase terminale mais uniquement à leur demande et afin de les aider.

Longue liste de témoins
Ce jeudi, le procureur général Serge Malefason a indiqué vouloir entendre 54 témoins lors du procès. La défense a quant à elle dressé une liste de 38 témoins. Y figure notamment le nom de Jozef De Kesel, l'archevêque de Malines-Bruxelles et cardinal belge, qui était à la tête du diocèse de Bruges au moment des faits.

On ignore à quel point Jozef De Kesel connaissait Ivo Poppe. La défense veut aussi faire venir deux médecins pour contrebalancer le rapport du médecin légiste.

Le président de la cour, Bart Meganck, présentera la liste des témoins le 9 novembre prochain. Suivra la composition du jury le 15 janvier 2018, avant le début du procès proprement dit le 22 janvier.

Ivo Poppe, qui risque la prison à perpétuité, sera défendu par Filip De Reuse et An Govers. Raf Van Goethem et Thierry Vansweevelt représenteront l'hôpital AZ Delta, partie civile. Les intérêts du diocèse de Bruges seront défendus par Jan et Sarah Leysen.