Plein écran
Le président du cdH Maxime Prévot. © BELGA

Le cdH enterre le coquelicot wallon

Mise à jour A l’issue de son bureau politique, le cdH a lui aussi rejeté la note coquelicot envoyée en fin de semaine dernière par le PS et Ecolo à l’ensemble des parlementaires wallons et de la Fédération Wallonie-Bruxelles (FWB).

“Les raisons qui nous ont fait choisir l’opposition le 5 juin dernier, à savoir le respect de l’électeur, restent les mêmes. Ce n’est pas la vacuité d’une note particulièrement vide qui pouvait nous faire changer d’avis”, a ainsi affirmé la ministre wallonne démissionnaire de la Santé, Alda Greoli, à l’issue de la réunion.

Maxime Prévot: “Nous n’avons pas changé d’avis”

“Nous avons pris une décision, celle de siéger dans l’opposition, le 5 juin dernier. Nous avons parcouru, par courtoisie, les notes qui nous ont été adressées par le PS et Ecolo mais nous n’avons pas changé d’avis”, a renchéri quelques minutes plus tard le président des humanistes, Maxime Prévot.

Ces notes “contenaient évidemment des éléments positifs dans lesquels nous pouvions nous retrouver, tant elles étaient généreuses dans leurs intentions, mais elles étaient surtout générales et sans budget”, a-t-il ajouté en dénonçant par ailleurs la “démarche cavalière, pour ne pas dire vexatoire” du tandem PS-Ecolo “qui a tenté de débaucher des députés”.

Le cdH veut rester cohérent

“Pour régénérer notre parti, nous avons besoin d’un message clair et de cohérence dans nos décisions. Pas de tergiversations” avant tout destinées à “préparer mentalement les assemblées générales du PS et d’Ecolo” en vue d’inévitables négociations avec le MR, a encore assuré Maxime Prévot. Selon lui, le bureau “a fait bloc” derrière cette position malgré quelques voix discordantes.

Parmi celles-ci, celle du député fédéral Josy Arens qui a, à plusieurs reprises, appelé son parti à “assumer ses responsabilités”. “J’ai pu faire part de mon avis, ce qui est important. Aujourd’hui, nous restons un parti politique même si pour l’instant, nous sommes plutôt un groupe de pression”, a-t-il regretté à sa sortie de la réunion.

François Desquesnes critique la note PS-Ecolo: “Aucune consistance politique claire”

“On peut exprimer une opinion différente. Ce qui compte, c’est le débat”, a nuancé François Desquesnes, le chef de groupe humaniste au parlement wallon. “La note que nous avons reçue ne contenait aucun élément neuf et n’avait aucune consistance politique claire. Sur le fond, nous avons donc tiré les mêmes conclusions que le 5 juin, quand nous avons décidé, humblement, de siéger dans l’opposition”, a-t-il ajouté.

Le MR invité à la table des négociations?

Après le PTB dimanche et le MR lundi, c’est donc au tour du cdH d’envoyer sur les roses le tandem PS-Ecolo qui, ne disposant pas d’une majorité au sud du pays, pourrait être contraint de se tourner vers les libéraux dans les jours ou les semaines à venir.

“La décision que nous avons prise en juin dernier ne concerne que le cdH. Nous laissons à ceux qui ont davantage réussi à convaincre les électeurs le soin de prendre leurs responsabilités” pour constituer une majorité en Wallonie et en Fédération Wallonie-Bruxelles, a de son côté conclu Maxime Prévot.

  1. Les syndicats de Thomas Cook Belgique pessimistes: “Il y a 1% de chance qu'une solution soit trouvée”

    Les syndicats de Thomas Cook Belgique pessimis­tes: “Il y a 1% de chance qu'une solution soit trouvée”

    "Cela ne s'annonce pas bien", a confié lundi après-midi Katrien Degryse, représentante du Setca, à l'issue d'une réunion générale entre direction et syndicats de Thomas Cook Belgique. "La direction a dit qu'il y avait 1% de chance qu'une solution se dégage des négociations. Cela ressemblait à un discours d'adieu." La situation est dès lors très mal embarquée, déplorent les syndicats.
  2. Philippe Close refuse de fermer les yeux face aux problèmes de sécurité sur le piétonnier

    Philippe Close refuse de fermer les yeux face aux problèmes de sécurité sur le piétonnier

    La situation constatée la nuit sur le piétonnier du centre de la capitale sur le plan des nuisances en tous genres est inacceptable "tant en termes d'image que de service à la population. Nous n'allons rien lâcher car nous voulons y mettre un terme. La détermination du corps de police et des services sociaux est entière", a affirmé lundi soir le bourgmestre de la Ville de Bruxelles Philippe Close (PS).