Plein écran
Pierre-Yves Jeholet. © Photo News

Le cdH et DéFI acceptent la main tendue par Pierre-Yves Jeholet, le PTB pas rassuré

Le cdH et DéFI ont accepté la main tendue par le ministre-président de la Fédération Wallonie-Bruxelles Pierre-Yves Jeholet à l'opposition, tout en disant attendre les clarifications budgétaires qui permettraient le cas échéant de lever les zones d'ombres enveloppant la déclaration de politique communautaire (DPC) du gouvernement arc-en-ciel. L'absence de clarifications ne rassure en revanche pas le PTB selon qui, pas plus que les précédents, ce gouvernement ne réussira à réduire les inégalités. M. Jeholet a donné rendez-vous au débat budgétaire pour un détail du financement des mesures.

Pour l'ex-ministre Alda Greoli, cette déclaration donnera l'occasion au cdH de soutenir une série de projets. Toutefois, les centristes n'hésiteront pas dénoncer "les erreurs de parcours", a-t-elle prévenu lors du débat en séance plénière. Dans le chef des démocrates-humanistes, l'opposition se voudra "résolue et humble". Des clarifications sont nécessaires car "la déclaration manque d'un souffle commun, elle peut tout au plus être vue comme la juxtaposition des priorités des différentes familles de la majorité". 

La déclaration se veut "volontariste", a embrayé Joëlle Maison (DéFI), pointant cependant des "absences remarquées", notamment en termes de financement, des "paradoxes" et de "possibles doubles lectures". Pour le PTB, rien ne permet de penser qu'avec cette DPC, on va enfin réussir à diminuer les inégalités. La déclaration souffre d'un "manque d'objectifs concrets", a estimé Alice Bernard. 

Visant le formateur du gouvernement, Elio Di Rupo, le PTB a regretté l'absence de volonté de refinancement de la Fédération Wallonie-Bruxelles. Prisonnier des carcans, le gouvernement se voit contraint d'adopter un mélange de gestion au rabais et de partenariats public privé dont seront victimes les travailleurs et leurs familles, a analysé Alice Bernard. La gratuité promise ne sera instaurée que progressivement, les inégalités vont perdurer, a-t-elle regretté.

  1. “Maëlle, ce n’était pas du harcèlement scolaire”, elle n’est pourtant pas la seule de l’école

    “Maëlle, ce n’était pas du harcèle­ment scolaire”, elle n’est pourtant pas la seule de l’école

    À la fin du mois de janvier, Maëlle (15 ans) a décidé de se donner la mort. Elle faisait l’objet d’un harcèlement de la part de plusieurs élèves du Centre Scolaire Saint-Joseph Notre-Dame à Jumet (Charleroi). Toute l’école a été particulièrement affectée par cet événement. L’enquête judiciaire est toujours en cours. Pour l’instant, le Parquet de Charleroi se refuse à tout commentaire.
  2. L'expérience sociale sur le coronavirus victime de détournements

    L'expérien­ce sociale sur le coronavi­rus victime de détourne­ments

    La vidéo de l’initiative citoyenne “Would You React?” consacrée au racisme anti-asiatique en lien avec le coronavirus Covid-19 et tournée dans le métro bruxellois fait l’objet de détournements sur les réseaux sociaux, alerte dimanche son auteur, Jonathan Lambinet. Suite aux milliers de vues d’une publication trompeuse, l’Agence France-Presse (AFP) y a même consacré vendredi un article de fact-checking, recadrant la caméra cachée qui met en scène des actrices à la base des -fausses- agressions.