Le cdH ne fuit pas ses responsabilités, selon Magnette: “La grosse imposture, c’est le PTB”

Contrairement au PTB, le cdH n'est pas un parti qui fuit ses responsabilités. Son attitude est compréhensible après le résultat électoral qu'il a enregistré, a affirmé jeudi soir le chef de file wallon du PS, Paul Magnette, sur le plateau de l'émission "Jeudi en prime" (La Une). 

Plein écran
© Photo News

Après le refus des humanistes d'engager des pourparlers avec le PS et Ecolo pour la Wallonie et la Fédération Wallonie-Bruxelles, le co-président d'Ecolo, Jean-Marc Nollet s'en est pris jeudi, lors d'interviews matinales en radio, au cdH qu'il accuse de "se regarder le nombril alors que la planète brûle". 

Le président du cdH, Maxime Prévot, a répliqué en jugeant ces propos "pétris de mépris et d'arrogance à notre égard, comme souvent de sa part". M. Prévot estime que le cdH "assume sa défaite". 

“La grosse imposture, c’est le PTB”

Paul Magnette a quant à lui dit comprendre le cdH, "un parti qui ne fuit pas ses responsabilités... La grosse imposture de ces élections, c'est le PTB qui a tout promis, mais n'a voulu discuter à aucun moment", alors que "les gens ont cru qu'avec ce parti, on aurait un gouvernement de gauche", a-t-il rebondi.

Discussions difficiles avec le MR

M. Magnette n'a par ailleurs pas caché que l'ouverture des discussions avec le MR se déroulait au stade actuel "dans une ambiance pas très chaleureuse". Il a répété qu'en raison du poids électoral qu'ils représentent ensemble, et des points sur lesquels PS et Ecolo sont d'accord, avec l'appui de la société civile, les discussions ne repartiraient pas d'une page blanche. "Nos propositions partagées doivent se retrouver dans un programme", a-t-il souligné. 

Le PS refuse de discuter avec la N-VA

Enfin, selon lui, le refus du PS de discuter avec la N-VA au niveau fédéral tient à l'exclusive posée par la formation nationaliste à l'égard du PS (ndlr: si c'est pour aller avec le PS au gouvernement, c'est pour passer au confédéralisme). "Je ne veux pas discuter du confédéralisme avec la N-VA. Cela signifierait la disparition de la Région bruxelloise et qu'il n'y aurait plus de sécurité sociale... Il n'y a aucune raison que ce soit cette formation qui dicte son programme. Nous voulons discuter des thèmes sociaux", a dit Paul Magnette à ce propos. 

Plein écran
Peter Mertens, président du PTB, Paul Magnette, Elio Di Rupo et Raoul Hedebouw © BELGA
Plein écran
11 juin 2019 © BELGA
  1. Un groupe de jeunes occupe un bâtiment de l'UCLouvain

    Un groupe de jeunes occupe un bâtiment de l'UCLou­vain

    Un groupe de jeunes composé en partie d'étudiants a entamé lundi soir l'occupation de la "maison blanche", un bâtiment appartenant à l'Université catholique de Louvain (UCLouvain) situé à proximité du lac de Louvain-la-Neuve. Certains se sont barricadés à l'intérieur. Ils affirment vouloir faire du bâtiment, à l'adandon depuis des années, un espace culturel et social autogéré. Les autorités de l'UCLouvain regrettent la méthode mais se disent ouvertes à la discussion.
  2. Rossées après le tennis ou pour apprendre le vélo: un père abusif encourt 18 mois de prison

    Rossées après le tennis ou pour apprendre le vélo: un père abusif encourt 18 mois de prison

    “J’ai peut-être été un papa un peu trop sévère”, a concédé B.D. devant son juge à Termonde ce lundi. Le père de famille de 42 ans de Saint-Gilles-Waes (Flandre Orientale) a tenté de nuancer les faits de maltraitances familiales qui lui sont reprochés. Le dossier à charge est pourtant lourd. Durant des années, l’homme aurait littéralement terrorisé ses filles nées en 2008 et 2012. Les petites filles auraient régulièrement reçu des coups de poing et de pied, tout comme leur mère. Le prévenu encourt une peine de 18 mois de prison.
  3. Accusé d’avoir assassiné ses deux enfants, Eddy Michel passe aux aveux: “Horrible et irrécupérable”
    Mise à jour

    Accusé d’avoir assassiné ses deux enfants, Eddy Michel passe aux aveux: “Horrible et irrécupéra­ble”

    Eddy Michel, accusé d'avoir commis les assassinats de ses deux enfants, a reconnu lundi après-midi lors de son interrogatoire devant la cour d'assises de Liège avoir tué ses deux enfants, Timothé (4 ans) et Jules (6 ans). Il a affirmé qu'il n'était pas lui-même lors des faits et il a soutenu qu'il ne se souvenait pas de tous les gestes posés. Il a contesté avoir prémédité la mort de ses enfants.