Plein écran
Illustration © Photo News

Le chantier du futur bâtiment de la FGTB à Charleroi contrôlé: “Il y aura des sanctions”

Jeudi dernier, l’Auditorat du Travail a fait inspecter le chantier du futur bâtiment de la Fédération Générale du Travail en Belgique (FGTB) à Charleroi. Histoire de vérifier que toutes les lois sociales étaient bien respectées!

“Cinq chômeurs n’ont pas biffé leur carte de chômage le jour du contrôle” C’est ce que nous a révélé l’Auditeur du Travail dans le Hainaut, Charles-Eric Clesse. Le contrôle en question a été opéré sur le chantier du futur bâtiment de la FGTB à Charleroi. Celui-ci se situe sur le site “Rivage” à proximité des bureaux du Transport en Commun local (TEC Charleroi).

“Des sanctions administratives seront prises par l’ONEM (NDLR. Office National de l’Emploi)” ajoute-t-il.

Satisfaction

De son côté, le secrétaire régional de la FGTB Charleroi & Sud-Hainaut, Vincent Pestieau, attend que les conclusions officielles de l’enquête parvienne au syndicat: “Quoi qu’il en soit, nous avons pris toutes les garanties légales pour qu’il n’y ait aucun problème.” Pour information, le chantier est géré par la société BEMAT. 

Le syndicaliste a-t-il été surpris par la démarche de l’Auditorat du Travail: “Absolument pas! Nous sommes partisans de ce genre d’actions. Nous sommes même très satisfaits de cette opération.”

La semaine auparavant, des représentants de la FGTB fustigeaient la façon dont ils avaient été traités par la police lors d'une manifestation anti-fasciste à Gilly (Charleroi). Mais selon l’Auditorat du Travail, il n’y a aucun lien entre les deux événements. L’examen du chantier était prévu de longue date.

  1. Le Belge contaminé par le coronavirus peut quitter l'hôpital
    Mise à jour

    Le Belge contaminé par le coronavi­rus peut quitter l'hôpital

    Le Belge qui a été admis à l’hôpital Saint-Pierre, à la suite d’un test positif au nouveau coronavirus Covid-19, peut rentrer chez lui. Il n’est plus infecté par le virus et n’est donc plus contagieux pour son entourage, a indiqué le SPF Santé publique à l’agence Belga. Huit autres personnes placées en quarantaine au sein de l’hôpital militaire de Neder-over-Heembeek pourront quant à elles en sortir dimanche.