Plein écran
Theo Francken et Marc Uyttendaele © DR.

Le clash entre Theo Francken et Marc Uyttendaele

Attaqué dans la presse flamande par le constitutionnaliste Marc Uyttendaele, le mari de Laurette Onkelinx, Theo Francken lui a répondu vertement sur les réseaux sociaux. Après la polémique avec l’humoriste Jérôme de Warzée, voici le clash Francken-Uyttendaele.

Dans une interview à Het Laatste Nieuws ce week-end, le célèbre avocat s’en est pris à Theo Francken, l’ex-secrétaire d’Etat à l’Asile et la Migration.

“Ce qui m’inquiète surtout, c’est la frontière terriblement étroite qui existe entre la droite et l’extrême droite. Quand je vois comment Theo Francken se réjouit quasiment de faire alliance avec le Vlaams Belang, cela me donne des sueurs froides. D’un autre côté, ce n’est pas étonnant pour quelqu’un qui se rend à l’anniversaire d’un ancien collaborateur. (…) Quand j’entends le discours de Theo Francken, j’ai honte d’être belge”, a lancé l’avocat proche du PS.

Mis en cause, l’ex-secrétaire d’Etat à l’Asile et la Migration n’a pas manqué de lui répondre sur Twitter dans une série de tweets. “Tout ce qui cloche aujourd’hui avec le socialisme contemporain en une seule photo #uyttendaele #onkelinx #lasne #lecorbusier #tableautrescher #gauchecaviar #arrogance”, a-t-il commenté, dénonçant l’aisance affichée publiquement par le célèbre constitutionnaliste.

Et Theo Francken d’en rajouter une couche. “Quand je vois cette photo, j’ai honte pour des générations d’électeurs socialistes qui devaient se lever à l’aube pour obtenir un salaire de misère de la part d’un patron. Comment en est-on arrivé là? #gauchecaviar. (...) Se vanter comme ça de sa richesse en tant que socialiste ne me semble tout simplement pas très malin”.

Ce n’est pas la première fois que les deux personnalités s’envoient des amabilités par presse interposée. En septembre 2018, le professeur de l’ULB avait publié une carte blanche dans le journal Le Soir dans laquelle il traitait Francken “d’idiot utile de l’extrême droite”.

On n’est pas prêt de les réconcilier.

  1. Les drapeaux flamingants retirés au Pukkelpop, Peter De Roover exige des excuses publiques

    Les drapeaux flamin­gants retirés au Pukkelpop, Peter De Roover exige des excuses publiques

    Le chef de groupe N-VA à la Chambre, Peter De Roover, a exigé des excuses publiques de l'organisateur du Pukkelpop, Chokri Mahassine, pour avoir fait retirer vendredi du site du festival les drapeaux flamingants frappés du lion noir (contrairement aux drapeaux flamands qui présentent également des teintes de rouge avec les griffes et la langue de l'animal, NDLR). Le festival avait expliqué son geste car il s'agit d'un "symbole de la collaboration, qui n'a pas sa place ici". Mais une telle appellation reste en travers de la gorge de M. De Roover.
  2. Drame à Grammont: Nick aurait poignardé son grand-père qui refusait de lui donner de l’argent
    Mise à jour

    Drame à Grammont: Nick aurait poignardé son grand-pè­re qui refusait de lui donner de l’argent

    Mercredi, un homme de 81 ans a perdu la vie à Grammont, poignardé par son petit-fils. Le soir-même, les voisins ont aperçu le suspect, Nick, 23 ans, acheter une glace au marchand de glace ambulant. Quelques minutes plus tard, il s’est rendu chez son grand-père avant de le poignarder à mort avec une paire de ciseaux. Il s’est ensuite retourné contre sa grand-mère, qui tentait d’intervenir. On soupçonne aujourd’hui le jeune homme d’avoir sonné à la porte de ses grands-parents pour réclamer de l’argent pour s’acheter de la drogue. Il a été placé sous mandat d’arrêt et inculpé d’assassinat et de tentative de meurtre sur sa grand-mère, a indiqué vendredi le parquet de Flandre orientale.