Theo Francken et Marc Uyttendaele
Plein écran
Theo Francken et Marc Uyttendaele © DR.

Le clash entre Theo Francken et Marc Uyttendaele

Attaqué dans la presse flamande par le constitutionnaliste Marc Uyttendaele, le mari de Laurette Onkelinx, Theo Francken lui a répondu vertement sur les réseaux sociaux. Après la polémique avec l’humoriste Jérôme de Warzée, voici le clash Francken-Uyttendaele.

Dans une interview à Het Laatste Nieuws ce week-end, le célèbre avocat s’en est pris à Theo Francken, l’ex-secrétaire d’Etat à l’Asile et la Migration.

“Ce qui m’inquiète surtout, c’est la frontière terriblement étroite qui existe entre la droite et l’extrême droite. Quand je vois comment Theo Francken se réjouit quasiment de faire alliance avec le Vlaams Belang, cela me donne des sueurs froides. D’un autre côté, ce n’est pas étonnant pour quelqu’un qui se rend à l’anniversaire d’un ancien collaborateur. (…) Quand j’entends le discours de Theo Francken, j’ai honte d’être belge”, a lancé l’avocat proche du PS.

Mis en cause, l’ex-secrétaire d’Etat à l’Asile et la Migration n’a pas manqué de lui répondre sur Twitter dans une série de tweets. “Tout ce qui cloche aujourd’hui avec le socialisme contemporain en une seule photo #uyttendaele #onkelinx #lasne #lecorbusier #tableautrescher #gauchecaviar #arrogance”, a-t-il commenté, dénonçant l’aisance affichée publiquement par le célèbre constitutionnaliste.

Et Theo Francken d’en rajouter une couche. “Quand je vois cette photo, j’ai honte pour des générations d’électeurs socialistes qui devaient se lever à l’aube pour obtenir un salaire de misère de la part d’un patron. Comment en est-on arrivé là? #gauchecaviar. (...) Se vanter comme ça de sa richesse en tant que socialiste ne me semble tout simplement pas très malin”.

Ce n’est pas la première fois que les deux personnalités s’envoient des amabilités par presse interposée. En septembre 2018, le professeur de l’ULB avait publié une carte blanche dans le journal Le Soir dans laquelle il traitait Francken “d’idiot utile de l’extrême droite”.

On n’est pas prêt de les réconcilier.

  1. Encore un milliard d'euros pour faire face à la crise: “L’argent dépensé, il faudra le récupérer quelque part”

    Encore un milliard d'euros pour faire face à la crise: “L’argent dépensé, il faudra le récupérer quelque part”

    La commission des Finances de la Chambre a approuvé mardi, à l'unanimité moins l'abstention du PTB, le projet de loi qui couvre les crédits fédéraux pour avril, mai et juin. Le texte accorde un milliard d'euros à la provision interdépartementale afin de faire face aux dépenses urgentes de la crise. Une grande partie sera affectée aux dépenses sanitaires, a indiqué le ministre du Budget, David Clarinval.