Plein écran
© Photo News

Le comportement “hallucinant” du prince Laurent lors du défilé du 21 juillet

Envoi de SMS, conversation téléphonique, attitude désinvolte, refus de saluer Charles Michel: le prince Laurent s’est une nouvelle fait remarquer de manière négative lors du défilé du 21 juillet dimanche. Complètement absent, il a semblé se désintéresser de l’évènement, allant jusqu’à toucher les jambes de Claire avec son sabre pour attirer son attention. Par moments, son comportement a même été “hallucinant”, rapporte le journal flamand Het Nieuwsblad, vidéos à l’appui.

Dés son arrivée, le fils du Roi Albert n’a pas caché qu’il n’avait pas très envie d’être là. Alors que son épouse Claire discutait avec sa sœur Astrid et son beau-frère Lorenz en attendant l’arrivée de du roi Philippe et de la reine Mathilde, Laurent a préféré rester en retrait de la discussion. Quand Cathérine le Clément de Saint-Marcq, la joviale doctoresse du roi Albert, est arrivée pour les saluer en tribune princière, il n’a pas décollé de sa chaise. C’est même Claire qui a dû lui demander de se bouger…

Plein écran
Le prince Laurent regarde sa montre et semble décompter le temps. © Photo News

Pendant le défilé, le frère du chef de l’Etat a paru plus intéressé par son téléphone portable que par le spectacle. Il s’est même permis d’entamer une conversation téléphonique. Son comportement semblait passer inaperçu jusqu’à ce que les objectifs des caméras se tournent vers la tribune princière en fin de défilé. Le Roi Philippe, en tribune d’honneur lui, s’est alors aperçu que son frère était en train de téléphoner et la princesse Claire a prié son mari de mettre tout de suite fin à la conversation. C’est ce qu’on appelle le surréalisme à la belge. Avant cela, il avait déjà été surpris à plusieurs reprises en train de tapoter sur son smartphone.

Last but not least, au moment de quitter les festivités, le prince Laurent n’a pas voulu serrer la main de plusieurs responsables politiques de haut rang. Il a juste salué Patrick Dewael, président de la Chambre, et Sabine Laruelle, présidente du Sénat. Il a ignoré Charles Michel, le Premier ministre, et les suivants, avant de faire demi-tour.

Pour rappel, la dotation du prince Laurent a été réduite de 46.000 euros durant un an sous le gouvernement Michel à la suite de sa participation en uniforme de l’armée à une réception de l’ambassade de Chine, sans en avoir reçu l’autorisation préalable requise.

Plein écran
© Photo News
  1. De 10 à 15 ans de prison requis contre les cinq prévenus
    procès pédopornographie

    De 10 à 15 ans de prison requis contre les cinq prévenus

    Une deuxième journée est prévue au procès pour pédopornographie, devant le tribunal correctionnel de Termonde. La prochaine audience aura lieu le 11 février à 14h00. Le jugement est attendu au plus tôt le 10 mars. Le tribunal a requis la présence de l’un des prévenus, Dimitry D., à la prochaine audience. Celui-ci était effectivement absent vendredi, ce qui n’a pas plu à la juge. Le parquet a requis entre 10 et 15 ans de prison à l’encontre des cinq prévenus.
  1. Des gants de boxe pour un centre d’asile: un nouveau tweet de Francken sème la zizanie

    Des gants de boxe pour un centre d’asile: un nouveau tweet de Francken sème la zizanie

    Le parlementaire nationaliste et ex-secrétaire d'État à l’Asile et la Migration Theo Francken provoque toujours des remous chez Fedasil, un an après avoir remis ses fonctions à Maggie De Block. En cause: une annonce, lancée par un employé de Fedasil qui se disait à la recherche de gants de boxe pour le centre de Poelkapelle, et que Theo Francken a relayée pour créer la polémique mais sans prendre la peine de masquer les coordonnées de l’intéressé. Depuis, le travailleur reçoit des menaces par téléphone. “C’est ce qui arrive quand on publie sans réfléchir sur les réseaux sociaux”, soupire Mieke Candaele, directrice de la communication de Fedasil.