Le “Dimanche sans voiture” (archives: 22 septembre 2019)
Plein écran
Le “Dimanche sans voiture” (archives: 22 septembre 2019) © BELGA

Le confinement, ce n'est pas le “Dimanche sans voiture”

Plusieurs médecins s'inquiétaient de voir un nombre important de cyclistes amateurs et autres usagers faibles profiter du peu de voitures en circulation pour se promener sur certaines artères bruxelloises, souvent sans tenir compte du code de la route. "Le confinement n'est pas le ‘Dimanche sans voiture’", alertent ces médecins.

Un dimanche par an, durant la Semaine de la Mobilité en septembre, certaines grandes villes interdisent la circulation automobile sur leur territoire. Les chaussées sont alors envahies de cyclistes, ou de personnes circulant en trottinettes, en patins à roulettes... Aujourd'hui, les autorités déconseillent vivement les déplacements non essentiels, une mesure parmi d'autres destinées à endiguer la propagation du coronavirus.

Ce n’est pas le moment... 

Les voitures sont donc peu nombreuses et comme la météo s'annonce clémente ces prochains jours, les médecins craignent de voir se généraliser des comportements d'usagers faibles qui non seulement ne respectent pas le code de la route, mais en plus risquent d'occasionner l'une ou l'autre lésion nécessitant une intervention hospitalière. Les professionnels de la santé appellent précisément à éviter d'engorger les urgences en ce moment. 

“Évitons de se casser la figure”

"Aujourd'hui, il ne fait pas bon se promener dans une salle d'urgences, alors évitons de se casser la figure en trottinette par exemple", rappelle Thomas Orban, président du Collège de la médecine générale francophone. Il insiste sur le fait que si prendre l'air est nécessaire, il convient de ne pas le faire n'importe comment.

“Se concentrer sur la pandémie”

Un autre médecin établi en Région bruxelloise appelait également à la prudence samedi. "Diminuer au maximum nos risques individuels d'accidents de la route, de jambes cassées, de chevilles foulées ou autre, c'est activement contribuer à laisser les médecins se concentrer sur la pandémie, qui double le nombre de décès dus au coronavirus chaque jour dans notre pays." 

  1. Les Belges se disputent moins avec leur partenaire, mais plus avec leurs enfants pendant le confinement

    Les Belges se disputent moins avec leur partenaire, mais plus avec leurs enfants pendant le confine­ment

    Une enquête menée par l’agence iVOX auprès de 5.000 Belges nous en apprend davantage sur le bonheur (familial) en pleine crise sanitaire liée à la pandémie de Covid-19. Selon l’étude, nous nous disputons moins avec notre partenaire, mais plus souvent avec les enfants. Dans le même temps, nous sommes reconnaissants de pouvoir passer plus de temps avec nos familles et nous voulons améliorer nos vies après cette crise.
  2. Qader, réfugié afghan, fabrique des masques: “Je veux donner en échange de toute l’aide que je reçois ici en Belgique”
    Roulers

    Qader, réfugié afghan, fabrique des masques: “Je veux donner en échange de toute l’aide que je reçois ici en Belgique”

    Du matin au soir, Mohammad Qader Mohammadi, 42 ans, est assis derrière sa machine à coudre pour fabriquer des masques buccaux pour le personnel soignant. Qader a fui son pays natal, l’Afghanistan, il y a plus de dix ans. Durant cette crise sanitaire, il souhaite rendre service à la Belgique qui l’a aidée. “Je suis diabétique, donc j’appartiens moi-même au groupe à risque, mais je sais combien il est important de bien vous protéger”, confie-t-il.