Plein écran
Photo d'illustration. © Photo News

Le conseil communal de Bruxelles se prononce à l'unanimité pour agir contre le racisme

Le conseil communal de la Ville de Bruxelles a posé lundi soir les jalons de l'élaboration d'un Plan d'action contre le racisme sur le territoire de la commune centrale de la Région-capitale. Il a adopté, pour la première fois à l'unanimité sur cette thématique, une motion dans ce sens. 

Aux yeux du PTB, il eut fallu aller encore plus loin, en faveur d'une ouverture sur la question du port du voile au sein de l'administration. La motion engage le conseil communal à adhérer à la Coalition Européenne des Villes Contre le Racisme (ECCAR); et à mettre sur pied un groupe de travail visant à élaborer un Plan d'Action contre les discriminations raciales et culturelles. 

Ce groupe de travail sera composé des chefs de groupes de tous les partis, des cabinets concernés, de représentants de la société civile, du secteur associatif, des ONG, du monde scientifique, des services de l'administration communale et de la police ainsi que de tout acteur local concerné (BRAVVO, BXL Participation, etc.). 

Il étudiera la possibilité de créer un système de signalement permettant une centralisation et/ou un relais des plaintes des citoyens ainsi que le recueil de statistiques. 

Information et sensibilisation

Si ce système est jugé pertinent, le Plan d'Action reprendra la mise en place et le suivi de l'option retenue comme l'un de ses objectifs. 

Concernant les plaintes vis-à-vis de l'administration et de la police, en fonction de l'analyse de celles-ci, la motion prévoit que la Ville établira un dispositif particulier pour y remédier, notamment en termes de prévention et de formation.

Le Plan visera également à mettre en place une campagne d'information et de sensibilisation de la population et du personnel communal (incluant CPAS, police, etc.). 

Quelques abstentions

Enfin, un système d'évaluation bi-annuel du Plan sera fixé en accord avec les acteurs locaux et les représentants communaux sur la base d'objectifs et d'indicateurs clairs.
Dans l'opposition, le cdH a souscrit d'emblée à la motion. Le MR l'a fait moyennant l'adoption de l'un ou l'autre amendement. 

Bruno Bauwens (PTB) aurait voulu que la motion intègre l'option du port du voile dans les administrations. Sa proposition d'amendement à ce sujet a été rejetée à une très large majorité. 

Au sein de la coalition socialiste-écologiste-DéFI, comme trois autres écologistes, Bruno De Lille (Groen) s'est abstenu sur cet amendement pour montrer que chez les Verts, le débat sur le sujet a fait du chemin dans ce sens. Mathias Vanden Borre (N-VA) qui a soutenu la motion, depuis les bancs de l'opposition, s'est quant à lui, au contraire, réjoui que cette aspiration de certains ait été tenue à l'écart du texte adopté. 

  1. “Les femmes ne veulent plus ouvrir les jambes”: le chirurgien misogyne poursuivi
    Play
    mise à jour

    “Les femmes ne veulent plus ouvrir les jambes”: le chirurgien misogyne poursuivi

    L'Institut pour l'égalité des femmes et des hommes (IEFH) va se porter partie civile contre le chirurgien plasticien Jeff Hoeyberghs, dont les propos sexistes tenus lors d'une conférence du KVHV, une association étudiante flamande conservatrice, ont suscité l'indignation. "Les déclarations de Jeff Hoeyberghs incitent à la discrimination et à la haine contre les femmes. C'est la mission de l'institut d'intervenir", a fait savoir mercredi sa directrice adjointe, Liesbet Stevens. Le conseil social de l’université de Gand a quant à lui proposé la suspension provisoire du KVHV.