Photo News
Plein écran
© Photo News

Le Covid Safe Ticket obligatoire pour les visiteurs des maisons de repos bruxelloises

Dès ce vendredi 15 octobre, le Covid Safe Ticket sera obligatoire pour les visiteurs âgés de 12 ans et plus des maisons de repos (MR) et maisons de repos et de soins (MRS) bruxelloises, rappelle mercredi Iriscare, l’organisme bruxellois de protection sociale. Le contrôle de ces pass sanitaires devra être pris en charge par l’établissement. Les contrevenants s’exposent à des amendes allant de 50 à 500 euros.

  1. Le CST élargi arrive à Bruxelles: “Ma fille n’est pas vaccinée, cela va nous coûter 300 euros par mois”

    Le CST élargi arrive à Bruxelles: “Ma fille n’est pas vaccinée, cela va nous coûter 300 euros par mois”

    J-4. L’entrée en vigueur du Covid Safe Ticket élargi à Bruxelles est programmée le vendredi 15 octobre. Le texte prévoit l’obligation du CST à partir de 16 ans dans plusieurs infrastructures couvertes comme l’horeca, les discothèques, les clubs de sport et de fitness, etc. Un casse-tête, parfois onéreux, pour les personnes qui ne sont pas vaccinées. “On devra débourser 300 par mois pour ma fille de 16 ans qui fait du volley-ball trois fois par semaine”, regrette un père de famille appelé à témoigner sur plateau de “C’est pas tous les jours dimanche”.
  2. Un sentiment d’exclusion est né chez certains non-vaccinés: “Penser autrement n’est plus autorisé”

    Un sentiment d’exclusion est né chez certains non-vac­cinés: “Penser autrement n’est plus autorisé”

    Le Covid Safe Ticket n’est pas encore officiellement entré en vigueur en Wallonie, mais déjà certains citoyens s’inquiètent, notamment parmi les personnes non vaccinées. Au-delà des contraintes logistiques et financières dues à l’obligation future de présenter un test PCR négatif pour aller au restaurant ou participer à certains événements, c’est le sentiment d’exclusion qui les tracasse. Pauline Jean-Chauvier, psychologue clinicienne, psychothérapeute et membre de l’UPPCF (Union professionnelle des psychologues cliniciens francophones), a répondu à nos questions sur le sujet.