Plein écran
© DR

Le CSA ouvre un dossier sur la diffusion d'extraits du calvaire de Valentin par Bel RTL

Saisi de plusieurs plaintes relatives à la diffusion des extraits sonores de la vidéo montrée à huis clos lors du procès des accusés de l'assassinat de Valentin Vermeesch sur Bel RTL le 9 mai dernier, le Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA) a décidé d'ouvrir un dossier d'instruction, selon la procédure dite "conjointe" prévue avec le secrétariat d'instruction du Conseil de déontologie journalistique (CDJ), indique le CSA lundi dans un communiqué. Le CDJ remettra un avis au CSA dans les 90 jours sur le respect des codes de déontologie journalistique. Le CSA se prononcera ensuite.

Le secrétariat d'instruction a estimé que la séquence était susceptible de porter atteinte à l'article 9 du décret sur les services de médias audiovisuels, notamment à l'égard de l'interdiction de porter atteinte à la dignité humaine.

Après réception de l'avis préalable du CDJ, le secrétariat d'instruction poursuivra son instruction et rendra ses conclusions. S'il estime qu'une infraction est potentiellement constituée, il déposera un dossier d'instruction auprès du Collège d'autorisation et de contrôle, l'organe décisionnel du CSA.

Avocats.be va saisir le CDJ

L'Ordre des barreaux francophones et germanophone Avocats.be a décidé, lundi lors de son conseil d'administration, de saisir le Conseil de Déontologie Journalistique (CDJ) à propos de la diffusion faite par Bel RTL.

"Nous avons décidé de saisir le CDJ sur base de trois articles du code de déontologie journalistique", indique Me Jean-Pierre Buyle, président d'Avocats.be.

Vendredi, l'Ordre des barreaux francophones et germanophone avait demandé à RTL Belgium de se justifier. Le groupe n'a "pas répondu aux questions", estime Avocats.be

Par ailleurs, note encore Me Buyle, cet événement met aussi en lumière "une problématique autour du huis clos".

  1. La rançon du kidnapping de l’enfant enlevé à Genk devait-elle servir à financer le terrorisme?
    Play

    La rançon du kidnapping de l’enfant enlevé à Genk de­vait-el­le servir à financer le terrorisme?

    Un garçon de 13 ans enlevé chez lui par un groupe d’hommes lourdement armés et masqués dans la nuit du lundi 20 au mardi 21 avril a été libéré cette nuit, après des négociations opérées pendant des semaines entre la famille et les ravisseurs, qui exigeaient une importante rançon (5 millions d’euros selon certains médias). Il apparaît désormais, selon plusieurs médias, que les ravisseurs sont en réalité tous liés à la mouvance salafiste et djihadiste. Il ne s’agit donc peut-être pas d’un simple règlement de comptes lié à la drogue.
  2. Les Belges ont franchi la frontière et la règle sans hésiter: direction les terrasses des Pays-Bas
    Play

    Les Belges ont franchi la frontière et la règle sans hésiter: direction les terrasses des Pays-Bas

    Beaucoup de Belges ont franchi la frontière avec les Pays-Bas lundi pour faire des achats ou aller dans un café ou un restaurant. Les établissements horeca ont pu rouvrir ce 1er juin. "Il y avait du monde mais la distance a été garantie", a souligné le bourgmestre de Hulst (Zélande), Jan-Frans Mulder. Sur HLN, on lit de nombreux témoignages de Belges qui ont fait fi des règles: “Je ne sais pas si c’est autorisé, mais c’est un plaisir”, ont commenté les contrevenants.