Plein écran

Le dossier Dutroux bis refermé

La chambre du conseil de Neufchâteau a refermé mardi le dossier Dutroux bis en rendant une ordonnance de non-lieu, comme le lui avait demandé le parquet, rapporte la RTBF. Parmi les éléments de ce dossier figurent notamment des cheveux découverts dans la cache de Marc Dutroux.

Le dossier Dutroux bis avait été ouvert dans la foulée du dossier Dutroux, afin que puissent y être versés des faits à charge d'éventuels suspects autres que ceux qui ont comparu devant la cour d'assises d'Arlon, ainsi que des indices non traités dans le dossier Dutroux, rappelle la RTBF.

Personne n'a été inculpé dans ce dossier. Les enquêteurs n'ont pas trouvé à qui appartenait les cheveux et les traces découverts dans la cache de Marc Dutroux.

Le procureur du roi, Vincent Cambier, estimait que le dossier pouvait être bouclé et a donc requis un non-lieu. Une seule partie civile avait participé à l'audience du 1er octobre: Pol Marchal. Le père d'An avait regretté que le dossier bis n'ait pas été exploité jusqu'au bout, mais il ne souhaite cependant plus se battre pour que l'enquête se poursuive.

Pas définitif
La chambre du conseil a suivi l'avis du parquet. Le dossier est donc bouclé pour l'instant. Mais il pourrait rebondir si un profil génétique est confondu avec la base de données, ou si une éventuelle révélation est faite. (belga)

  1. Jean-Claude Marcourt dénonce une “dérive totale”:  “Stéphane Moreau pète tous les plafonds”

    Jean-Clau­de Marcourt dénonce une “dérive totale”: “Stéphane Moreau pète tous les plafonds”

    Jusqu'ici silencieux dans le dossier Nethys/Publifin, l'homme fort du PS liégeois, Jean-Claude Marcourt, prend la parole dans les colonnes de Sudpresse, vendredi. "On ne peut qu'être effaré devant des sommes pareilles, spécialement en ce qui concerne Stéphane Moreau. Il pète tous les plafonds!", s'offusque celui dont la responsabilité dans l'affaire a parfois été pointée du doigt.
  2. Michel, le gouvernement le plus contesté depuis Dehaene 1er

    Michel, le gouverne­ment le plus contesté depuis Dehaene 1er

    Le gouvernement Michel (N-VA-MR-CD&V-Open VLD) termine à la deuxième place derrière le gouvernement Dehaene Ier (1992-1995, associant CVP, PS, SP et PSC) dans le classement des exécutifs les plus contestés, rapporte vendredi La Libre. Le pays a connu l'an dernier 422.249 jours de grève (l'addition des jours de grève de tous les salariés/fonctionnaires en Belgique), a calculé le Centre de recherche et d'information socio-politiques (Crisp).