Le dossier Nethys renvoyé au parquet général de Liège

Le dossier Nethys a été transféré au parquet général de Liège, a indiqué mardi le porte-parole du parquet fédéral. 

Plein écran
Illustration. © Photo News

Dimanche, le gouvernement wallon avait annoncé avoir transmis au parquet fédéral le dossier de la vente de Voo, Elicio et Win par l'intercommunale liégeoise. L'exécutif régional avait également annoncé avoir cassé ces transactions.

"La décision de transmettre le dossier a été prise en concertation entre les parquets", a expliqué Eric Van Duyse. "Le parquet fédéral intervient lorsqu'il peut apporter un plus à l'enquête", a-t-il précisé. "C'est par exemple le cas dans des affaires à caractère international ou lorsqu'il est nécessaire de coordonner l'action dans un dossier qui dépasse les frontières d'un seul arrondissement." Le parquet fédéral dit avoir constaté que ces éléments n'étaient pas réunis et a donc transmis les informations fournies par le gouvernement wallon au parquet de Liège.

Le procureur général de Liège, Christian De Valkeneer, confirme dans La Libre que le dossier est en cours d'acheminement dans la Cité ardente.

Dimanche midi, après avoir analysé les réponses et les documents transmis par Nethys, le gouvernement régional a annoncé avoir cassé les décisions de vente de trois filiales de l'entreprise (Voo, Elicio et Win), dont deux devaient être privatisées au profit de sociétés créées par François Fornieri, également administrateur de Nethys, avec co-financement de son administrateur délégué Stéphane Moreau. Le dossier avait alors été transmis au parquet fédéral.

  1. Des demandeurs d'asile dénoncent des violences policières lors d’une tentative de rapatriement

    Des demandeurs d'asile dénoncent des violences policières lors d’une tentative de rapatrie­ment

    Deux demandeurs d'asile déboutés et rapatriés de force affirment avoir été brutalisés par la police fédérale lors d'une tentative de rapatriement. Ils parlent de coups sur tout le corps, disent avoir eu la bouche et le nez pincés et les cheveux tirés, selon la RTBF. Les deux migrants auraient déposé plainte auprès du parquet de Hal-Vilvorde et au moins l'un d'entre-eux se serait constitué partie civile. Le parquet dit n'avoir connaissance que d'une plainte. "L'enquête suit son cours", assure-t-il.