Plein écran
Photo prétexte © Photo News

Le facteur ne passera plus que deux fois par semaine

Mise à jourÀ partir de mars 2020, Bpost limitera la distribution des lettres affranchies avec un timbre normal à raison de deux fois par semaine, peut-on lire dans les colonnes de La Dernière Heure mardi. En revanche, le courrier timbré "prior", les paquets et les journaux continueront à faire l'objet d'une distribution quotidienne.

“Payer plus pour un service rapide”

Cette mesure se justifie car si en 2011, on distribuait encore 12 millions de lettres par jour, ce chiffre était tombé à 7,7 millions à peine en 2018, indique l'entreprise publique.

 Cet été, bpost va tester le système dans quelques bureaux. "Les clients ne vont rien remarquer pour l'instant. C'est seulement une enquête discrète qui vise à comprendre comment nous organisons les tournées, comment s'effectue la distribution du courrier".

 Les syndicats vont suivre le projet avec vigilance. "Nous devons bien sûr évoluer mais le citoyen a le droit de conserver un accès total au service postal. Ce que l'on constate est qu'il faudra payer plus pour bénéficier d'un service rapide. Et le personnel doit lui aussi conserver son statut".

Point sensible

Les syndicats plaident en particulier pour maintenir groupées les distributions du courrier et des colis. "Autrement, la direction ne va pas tarder à créer une entreprise séparée qui s'occupera uniquement des colis et pour laquelle on engagera du personnel avec des contrats précaires."

La disparition du passage quotidien du facteur est un point très sensible vu qu'il s'agit d'une obligation qui figure dans le contrat de gestion de bpost. D'autres pays ont cependant déjà expérimenté le futur système belge. En Italie ou aux Pays-Bas, la distribution de courrier a été limitée. Et au Danemark, le courrier non urgent n'est même plus distribué qu'une seule fois par semaine.

Le secteur du colis en pleine croissance

Poussé par l’importance croissante de l’e-commerce, le marché des colis prend toujours plus de place au sein du marché postal. Ainsi, le segment des colis et des envois express est devenu pour la première fois en 2017 plus important en termes de revenus que le segment des lettres. “Il s’agit d’un basculement historique”, selon l’Institut belge des postes et télécommunications (IBPT).

En 2017, le segment des colis et de l’express a enregistré une croissance de 19,2%, pour atteindre 205 millions d’articles (172 millions d’articles en 2016). Entre 2010 et 2017, le nombre d’envois a ainsi plus que doublé. On expédie désormais, en moyenne, un colis par habitant tous les 20 jours, contre 24 jours en 2016 et 45 jours en 2010.

Vigilance de rigueur 

Le syndicat socialiste CGSP au sein de Bpost se montre “critique mais constructif” à propos du plan de l’entreprise de ne plus distribuer le courrier non-Prior que deux fois par semaine. “Nous avons encore mille et une questions.” L’annonce faite mardi matin par le CEO de Bpost Koen Van Gerven n’est pas totalement une surprise pour les syndicats. L’entreprise avait déjà mis en avant cette idée l’année dernière, notamment lors de la réintroduction du système des timbres Prior et non-Prior. “Le fait qu’il y a moins de courrier à distribuer est une réalité économique”, concède Jean-Pierre Nyns, du SLFP. “Et l’entreprise postale a déjà prouvé dans le passé qu’elle pouvait faire face à de nouveaux défis.”

“La livraison gratuite n’existe pas”

Mais M. Nyns s’interroge sur la manière dont la mesure sera mise en oeuvre. “Il est à craindre que nous ne pourrons plus servir le client comme il le souhaite. Comment pouvons-nous organiser tout cela si nous ne nous rendons plus chez lui que deux fois par semaine?”

Pour la CGSP, Marc De Mulder se demande également comment la tournée du courrier non-Prior sera organisée. “Il est nécessaire de faire en sorte que les colis soient correctement distribués en temps et en heure. Pour ce faire, le syndicaliste plaide pour un prix correct, “la livraison gratuite n’existe pas”, avec une compensation. “Avec des prix justes, nous pouvons continuer à livrer tous les jours. Bpost doit encore mieux coordonner les colis et la distribution du courrier.”