Plein écran
© Photo News

Le fonds M80 au secours du Pain Quotidien

Le fonds d'investissement M80 prend une participation majoritaire dans une nouvelle entité qui gèrera, entre autres, les activités belges et française du Pain Quotidien, annonce vendredi l'Echo sur son site internet. Cobepa, qui détenait 43% du capital de l'enseigne belge, conservera une grosse minorité.

Si le tribunal de l'entreprise donne son feu vert, le fonds M80 prendra une participation majoritaire dans une nouvelle entité, "une sorte de Pain Quotidien bis", écrit l'Echo, dans laquelle Cobepa gardera une minorité substantielle. L'opération passera par la société Brunchco21, récemment créée.

Cette nouvelle entreprise accueillera la marque mondiale, l'atelier de production du pain, le Pain Quotidien Belgique et le Pain Quotidien France, ainsi que les contrats avec les masters franchisés, précise le quotidien. Plusieurs millions d'euros devraient être investis pour relancer l'enseigne, essentiellement dans le digital et le développement des commandes en ligne.

Toujours selon l'Echo, Pieter Vermeersch, l'un des partenaires de M80, a travaillé pendant huit ans au Pain Quotidien, notamment pour déployer la chaîne au niveau international. Il a également dirigé la filiale belge pendant un an, entre 2015 et 2016.

Il semble peu probable que l'actuel CEO Vincent Herbert reste dans la nouvelle structure, analyse le journal. Les nouveaux propriétaires garderaient à bord Alain Coumont, fondateur et moteur de la chaîne. Les autres actionnaires de "l'ancien Pain Quotidien" n'ont pas pu ou pas voulu poursuivre l'aventure, précise encore l'Echo.

Confronté à des difficultés financières et à la crise du coronavirus, Le Pain Quotidien a récemment introduit une demande de réorganisation judiciaire (PRJ) devant le tribunal de l'entreprise de Bruxelles. L'enseigne belge entendait ainsi se mettre à l'abri de ses créanciers pendant quelques mois, le temps de se refaire une santé. 

  1. Une quarantaine en labo sous supervision de virologues: la solution de Marc Van Ranst pour le chat péruvien

    Une quarantai­ne en labo sous supervisi­on de virologues: la solution de Marc Van Ranst pour le chat péruvien

    Le désormais célèbre virologue Marc Van Ranst a communiqué à l’avocat de Selena Ali, la propriétaire du chat péruvien, que son laboratoire de l’université de Louvain pouvait se charger de la quarantaine de Lee. “Vu que la rage est une maladie excessivement mortelle, et qu’elle nécessite des précautions extrêmes, une période de quarantaine peut être nécessaire”, résume-t-il en ajoutant qu’il est hautement improbable que le petit chat développe la maladie ultérieurement.