Le gouvernement valide 17 projets de transition énergétique

Le gouvernement fédéral a validé vendredi 17 projets de transition énergétique pour un montant total de près de 30 millions d'euros. Le fonds de transition énergétique doit servir à financer des projets dans le cadre de la transition du nucléaire vers d'autres sources d'énergie, en particulier le développement de la production et le stockage d'énergie.

Plein écran
Charles Michel & Marie Christine Marghem © photo_news

La ministre de L'Énergie Marie Christine Marghem avait indiqué jeudi en commission de la Chambre que seuls 15 des 17 seraient éligibles en vertu du cadre légal. Finalement, la ministre s'est ralliée à l'avis de son administration qui préconisait l'approbation de 17 projets, l'important étant pour elle de libérer les 30 millions d'euros.

Ils seront répartis en trois axes: la production d'énergie à partir de sources d'énergie renouvelables dans les espaces marins de la mer du Nord et les biocarburants (13,5 millions), l'énergie nucléaire (fission et fusion), démantèlement, gestion des déchets nucléaires (2,5 millions) et la sécurité de l'approvisionnement énergétique ainsi que l'équilibre et le développement du réseau de transport (13,2 millions).

"La technologie est appelée à jouer un rôle de plus en plus prépondérant dans le cadre de la transition énergétique et la sécurité d'approvisionnement", a commenté vendredi Mme Marghem citée dans un communiqué. "Le Fonds de transition est un outil précieux qui permet de financer cette transition. Par exemple, cette année, cinq projets ont été retenus dans le cadre de l'optimisation des éoliennes offshore pour un montant total de plus de 10 millions d'Euros", a-t-elle ajouté. 

  1. Le PTB explique les raisons de sa rupture avec le PS

    Le PTB explique les raisons de sa rupture avec le PS

    Réuni sur la côte, à Bredene, dans le cadre du festival ManiFiesta, le PTB a une nouvelle fois revendiqué dimanche la nécessité de mener une "politique de rupture" pour redonner du sens aux citoyens et repousser les extrêmes à droite, le racisme et le séparatisme. Mais à les entendre, les partis traditionnels n'ont toujours pas entendu le message de l'électeur le 26 mai dernier. Demandeur d'un vaste plan de réinvestissement public de 10 milliards d'euros, le PTB fustige notamment l'opération de privatisation des actifs de Nethys. "C'est ce genre de pratiques que nous reprochons aux dirigeants du parti socialiste. C'est une des raisons principales de notre rupture des négociations avec le PS pour un nouveau gouvernement wallon", a indiqué le président Peter Mertens.