Le CHU de Liège.
Plein écran
Le CHU de Liège. © Belga

Le Liégeois infecté par le coronavirus travaillait pour la SNCB

Mise à jourLe Liégeois contrôlé positif au coronavirus était un collaborateur de la SNCB qui a récemment été pensionné, indique-t-elle mercredi, confirmant une information de Sudpresse. La SNCB précise cependant qu’il ne s’agissait pas d’un accompagnateur de train.

Pendant un court moment, la Belgique semblait épargnée par l’épidémie du coronavirus. Mais depuis près de deux semaines, il n’y a pas un jour sans suspicions ou sans cas avéré de personne atteinte. Après une première personne touchée par le coronavirus, en province de Liège, du côté d’Eupen, un second cas a été décelé au CHU de Liège.

L’individu, fraîchement pensionné, travaillait sur le rail. “La SNCB a pris connaissance du fait qu’un examen médical est en cours au sujet d’un collaborateur de la SNCB récemment pensionné”, a indiqué la porte-parole. “Il ne s’agit pas d’un accompagnateur de train. À ce jour, la SNCB n’a reçu aucune demande de la part de l’inspection sanitaire qui, en cas de test positif pour le coronavirus, prend les mesures nécessaires.”

Au niveau des mesures prises par la SNCB pour protéger du virus ses collaborateurs, il n’est pas question de gants ou de masque. “La SNCB est en contact étroit avec le SPF Santé Publique et suit strictement les avis émis par cette autorité”, indique la société. “Les conseils de cette autorité sont véhiculés auprès des membres de notre personnel, via tous nos canaux de communication internes. Nous suivons strictement les directives de l’autorité compétente et restons en contact étroit au quotidien avec celle-ci pour en appliquer de nouvelles dispositions, le cas échéant.”

Il est dans un état stable

Le patient hospitalisé depuis dimanche au CHU de Liège, qui est déjà compris dans le décompte des cas recensés en Belgique, est actuellement dans un état stable. L’hôpital liégeois a précisé que ses jours n’étaient pas en danger. 

Sur les 39 prélèvements envoyés au laboratoire fédéral de la KUL, seuls 14 résultats sont revenus. 13 négatifs et 1 positif. “37 patients sont retournés à leur domicile et deux sont hospitalisés en isolement dans les chambres à pression négative”. Mais seul l’un des deux a été conformé positif.

“Un patient prélevé au CHU de Liège a été déclaré positif au COVID-19. Ce patient a été identifié dès son arrivée au CHU Sart Tilman où il s’est présenté d’initiative, dimanche soir. Vu sa situation clinique, il a été pris en charge au -4, dans une chambre à pression négative. L’équipe d’hygiène hospitalière a pris, avec les différents services concernés, les mesures nécessaires”, a indiqué la direction du CHU de Liège.

La direction précise par ailleurs que “le laboratoire de référence de la KULeuven a effectué 495 tests pour le coronavirus. 10 tests sont positifs au Covid-19. 9 patients sur les 10 positifs au Covid-19 sont revenus d’un voyage dans le nord de l’Italie. Ils ont développé une infection des voies respiratoires supérieures avec un état grippal relativement léger. Ils sont isolés chez eux. Un patient a développé une infection respiratoire plus sévère et a donc été admis à l’hôpital Saint-Pierre à Bruxelles. Ce patient n’avait pas voyagé, mais après une enquête approfondie auprès de ses contacts, il est apparu qu’il a été en contact avec un patient positif au Covid-19 qui avait voyagé vers la Vénitie. Pour le moment, au total, 23 cas d’infections au Covid-19 ont été détectés en Belgique”.

Retrouvez ici toute l’actualité de la région de Liège.

  1. Les Belges se disputent moins avec leur partenaire, mais plus avec leurs enfants pendant le confinement

    Les Belges se disputent moins avec leur partenaire, mais plus avec leurs enfants pendant le confine­ment

    Une enquête menée par l’agence iVOX auprès de 5.000 Belges nous en apprend davantage sur le bonheur (familial) en pleine crise sanitaire liée à la pandémie de Covid-19. Selon l’étude, nous nous disputons moins avec notre partenaire, mais plus souvent avec les enfants. Dans le même temps, nous sommes reconnaissants de pouvoir passer plus de temps avec nos familles et nous voulons améliorer nos vies après cette crise.
  2. Qader, réfugié afghan, fabrique des masques: “Je veux donner en échange de toute l’aide que je reçois ici en Belgique”
    Roulers

    Qader, réfugié afghan, fabrique des masques: “Je veux donner en échange de toute l’aide que je reçois ici en Belgique”

    Du matin au soir, Mohammad Qader Mohammadi, 42 ans, est assis derrière sa machine à coudre pour fabriquer des masques buccaux pour le personnel soignant. Qader a fui son pays natal, l’Afghanistan, il y a plus de dix ans. Durant cette crise sanitaire, il souhaite rendre service à la Belgique qui l’a aidée. “Je suis diabétique, donc j’appartiens moi-même au groupe à risque, mais je sais combien il est important de bien vous protéger”, confie-t-il.