Plein écran
Le canapé en question, d’une valeur de 10.000 euros. © DR

Le mobilier de jardin, nouvelle cible des voleurs

Un habitant de Wolvertem dans le Brabant flamand a eu une très mauvaise surprise en se réveillant samedi matin. Des voleurs lui ont dérobé son canapé de jardin, d’une valeur de 10.000 euros. Il pourrait s'agir d’une bande spécialisée dans ce type de vols.

 Après la pluie le beau temps. Malheureusement, Johan De Mars ne pourra profiter du soleil annoncé sur son canapé de jardin. Le meuble a été volé ce weekend, dans la nuit de vendredi à samedi.

“Plus rien n’est à l’abris des voleurs”

Cet habitant de Wolvertem a de quoi pester puisque son canapé en angle lui a coûté la bagatelle de 10.000 euros. Ce qui a manifestement attiré l'attention des voleurs, qui n’ont laissé que les coussins et deux tables d’appoint au malheureux. “Plus rien n'est à l’abri des voleurs”, constate-t-il avec colère.

Compte tenu de la taille du canapé, Johan De Mars soupçonne que les malfrats étaient au moins deux. Peut-être s’agit-il d’une bande spécialisée dans ce type de vols, comme il le suppose à Het Laatste Nieuws. Selon lui, un habitant de la proche commune de Vilvorde a connu la même mésaventure il y a peu.

Pour ne rien arranger, Johan De Mars craint que son assurance n’intervienne pas, puisqu’il s’agit d’un vol et non d’un cambriolage.

Plein écran
Les voleurs n’ont pas laissé grand chose... © DR
Plein écran
© DR
  1. Plus de 800.000 SMS envoyés pour sauver la petite Pia, qui a besoin du médicament le plus cher du monde
    Play
    Mise à jour

    Plus de 800.000 SMS envoyés pour sauver la petite Pia, qui a besoin du médicament le plus cher du monde

    Originaires de Wilrijk, les parents de la petite Pia, un bébé de neuf mois atteint d’amyotrophie spinale, une maladie génétique rare, ont lancé une grande action à l’échelle nationale pour sauver leur enfant. Tous les Belges, tant au nord qu’au sud du pays, sont invités à envoyer un SMS au 4666. Vers 21h ce mardi, 800.846 messages avaient déjà été envoyés et ça n’en finit pas de grimper. “Il n’y pas de mots”, a confié la maman de Pia à nos confrères de HLN.