Plein écran
Philippe Henry © belga

Le parlement wallon adopte le Code du développement territorial

Le Code du développement territorial (CoDT), projet majeur de la coalition Olivier et du ministre Philippe Henry en particulier, a été adopté majorité contre opposition, jeudi à minuit et demie, en plénière du parlement wallon.

Les arrêtés doivent encore concrétiser ce code, dont l'entrée en vigueur est prévue le 1er janvier 2015 en remplacement du Code Wallon de l'Aménagement du Territoire, de l'Urbanisme, du Patrimoine et de l'Energie (CWATUPE), devenu trop complexe.

Seule la députée Anne-Catherine Goffinet s'est abstenue.

Rappel
Deux amendements de la majorité doivent assouplir le maintien dans le Code du développement territorial du "refus tacite" d'un permis d'urbanisme en cas de dépassement du délai de réponse par la commune, a expliqué mercredi soir le ministre Philippe Henry, après une demande de la Confédération construction qui défend pour sa part le principe de l'octroi tacite.

La question pour laquelle la Confédération Construction demandait mercredi un dernier geste du parlement porte sur les demandes de permis d'urbanisme qui ne reçoivent pas de réponse, vu par exemple la difficulté des services d'urbanisme communaux de traiter tous les dossiers dans les délais impartis.

Les délais de rigueur désormais imposés par le CoDT, assortis du principe de supposer la décision négative ("refus tacite") en cas de dépassement de délai, risquent selon certains d'augmenter encore les freins à la construction.

La Confédération Construction demandait donc d'opter pour l'octroi tacite, en cas de dépassement de délai par la commune, soutenue en cela par le MR.

"Je ne vois pas comment la Région, ou une commune, pourrait justifier à ses citoyens qu'elle ne décide pas dans les délais. La situation risque de ne pas se produire souvent", a répondu le ministre Henry, défavorable à l'octroi tacite. Le MR a jugé cette vision digne des bisounours.

Plus fondamentalement, Philippe Henry considère qu'un octroi tacite aboutirait à "un permis qui n'en est pas, un permis de Monopoly qui n'aurait que peu de chance de résister au Conseil d'État".

Il souligne que deux mécanismes d'assouplissement sont prévus par amendement, pour tenter de rencontrer les préoccupations de la construction.

Ainsi, la commune qui aurait dépassé le délai sans fournir de réponse pourrait proroger la décision de 30 jours supplémentaires, si le demandeur est d'accord.

Par ailleurs, si le demandeur n'obtient pas de réponse dans les délais, il pourra réactiver son dossier devant la commune sans devoir réintroduire un dossier complet. Et en cas de recours contre l'absence de décision, l'autorité de recours devra considérer que l'avis de la commune était positif, cette dernière ne pouvant dès lors plus plaider qu'elle s'y oppose.

  1. Combien une vie vaut-elle? “Il faut d’urgence poser des limites aux firmes pharmaceutiques”

    Combien une vie vaut-el­le? “Il faut d’urgence poser des limites aux firmes pharmaceu­ti­ques”

    Le cas de la petite Pia, pour laquelle les parents ont dû lancer une vaste campagne de dons par SMS, dévoile le pouvoir quasi absolu des firmes pharmaceutiques quant au tarif fixé pour les formules qu’elles commercialisent. Les centaines de milliers d’euros, voire les millions demandés donnent le vertige et poussent des patients désespérés à faire appel à la générosité du public car les gouvernements rechignent à payer la note. “Nous devons d’urgence poser des limites à l’industrie pharmaceutique car sinon, où les firmes s’arrêteront-elles?”.
  2. Deux personnes inculpées de traitements inhumains sur un sexagénaire à Dampremy

    Deux personnes inculpées de traite­ments inhumains sur un sexagénai­re à Dampremy

    La belle-fille d'un sexagénaire et le frère de cette dernière ont été inculpés de traitements inhumains et dégradants sur J.B., âgé de 63 ans, à Dampremy, indique mercredi le parquet de Charleroi. La victime a subi différents sévices après avoir été recueilli chez son fils et sa belle-fille à la suite de thromboses. Elle devait en outre vivre en dehors de leur maison entre 6h00 et 22h00.