Plein écran
Le Pont des Trous a perdu à jamais son aspect historique © Philippe Claix

Le Pont des Trous, emblème cher aux Tournaisiens, n’est plus

Un silence de mort. Les Tournaisiens sont comme ébahis par l’aspect dénudé de l’Escaut depuis que le célèbre Pont des Trous, emblème et figure d’attachement pour de nombreux habitants, a été démoli. Les arches ont été abattues, comme le révèlent les images ci-dessous. Le Pont des Trous, pont médiéval achevé en 1329, avait cet aspect depuis septante ans.

La démolition des arches est un fait. Des poutrelles de renforcement ont été placées afin de maintenir les éléments qui resteront en place, comme le montrent les images de RTL. Les travaux de démontage des arches du Pont des Trous avaient repris vendredi matin après avoir pris un peu de retard les jours précédents. La navigation fluviale a été interrompue dans la traversée de Tournai jeudi soir, et reprendra lundi 12 août à 6h. Il faudra attendre fin 2021 pour que le Pont des Trous reprenne un semblant d’allure d’antan. 

Plein écran
En lieu et place des célèbres arches, le vide © Philippe Claix

1329

 La démolition du pont historique en vue de son élargissement est au cœur d’une polémique à Tournai, car cet ouvrage rarissime reliant deux tours du Moyen Âge est l’un des symboles de la ville hennuyère. Le chantier doit permettre l’agrandissement de l’arche centrale du “Pont des Trous” afin de faire passer de plus grosses péniches qu’à l’époque où il a été reconstruit après la Deuxième Guerre mondiale.

Plein écran
Dégoûtés, tristes, calmes, les Tournaisiens ont assisté impuissants à la démolition de leur Pont des Trous © AFP

L’ouvrage achevé en 1329, à l’époque où Tournai appartenait au royaume de France, est en fait “une porte d’eau” qui permettait de fermer l’Escaut à la navigation des barques par des grilles descendant dans le fleuve. Selon le conservateur du musée d’histoire militaire de Tournai Charles Deligne, ce genre de construction est “extrêmement rare” à subsister encore en Europe. Il n’en existerait que trois exemplaires et celui de Tournai serait le plus ancien. Le pont a été reconstruit après-guerre après avoir été dynamité en mai 1940 par les troupes britanniques pour ralentir l’avancée de l’armée allemande en Belgique. 

Reconstruction

“L’adaptation du Pont des trous était nécessaire pour pouvoir faire passer des bateaux de 2.000 tonnes, plus larges que ceux qui existent pour le moment. C’est la raison pour laquelle nous avons élargi l’arche centrale et que nous allons reconstruire ces différents éléments”, a expliqué Christophe Van Muysen, un responsable des travaux publics de Wallonie.

Un avis que ne partage pas le conservateur du musée qui trouve que l’agrandissement de l’arche centrale va altérer le style médiéval conservé selon lui par l’édifice après sa reconstruction. “J’ai un sentiment mitigé. Il y a un peu de colère tout de même, mais il y a surtout une énorme déception, parce qu’on a raté une très belle occasion. L’option du contournement aurait été esthétiquement une très belle option. Il y avait moyen de faire quelque chose de très beau tout en préservant le pont. C’est un énorme gâchis”, critique-t-il.

L’option d’un canal de contournement avait un coût prohibitif et aurait entraîné des expropriations, assure le responsable des travaux publics de la région francophone sur le site du chantier de démolition qui a commencé il y a une semaine. Ce responsable fait également valoir que ce projet de plusieurs millions d’euros, financé en partie par l’Union européenne, va permettre de réduire le trafic des camions entre la France et la Belgique, au profit du transport fluvial, moins polluant.

Sincère tristesse

Les Tournaisiens ne l’entendent pas de cette oreille et ne croient pas à l’intérêt suprême du trafic fluvial tel que présenté par les promoteurs du projet. Ils regrettent dans leur ensemble que l’on touche ainsi à l’Histoire et au patrimoine de la cité des Cinq clochers. Durant toute la démolition, les Tournaisiens sont restés calmes, impuissants, après des mois et des années de contestation face au projet de démolition des arches. D’aucuns ont assisté avec émotion à la fin du Pont des Trous que tous ont connu sous sa forme d’après-guerre. D’autres ont pris des photos, comme par dépit ou pour garder une trace de l’Histoire qu’on leur arrache. Pas de foule, mais un va-et-vient constant. Un silence de mort régnait parmi les spectateurs. 

Plein écran
Début de la démolition © Photo News