Le porte-parole de Danneels en désaccord avec le pape

Le porte-parole du cardinal Danneels, Toon Osaer, a affiché dimanche son désaccord avec le pape selon qui il ne peut y avoir de problème structurel au sein de l'Eglise. Disant s'exprimer en son nom propre, M. Osaer a indiqué lors de l'émission De Zevende Dag sur la VRT que l'Eglise devait pouvoir se remettre en question de façon critique.
 
"Je ne suis pas d'accord avec le pape quand il dit qu'il n'y a pas de problème structurel. Chaque institution, certainement lorsqu'elle a 2000 ans d'histoire, doit pouvoir oser se remettre en question de façon critique. L'institution n'est en fait qu'un moyen (pour faire passer) un message, le message de l'évangile. S'il apparaît qu'il existe des aberrations, alors je trouve qu'il faut pouvoir se remettre en question", a indiqué Toon Osaer.
 
Le pape Benoît XVI a affirmé mercredi dernier que la pénitence était plus efficace que des changements structurels face aux "abus du clergé".
 
Dimanche, Toon Osaer a par ailleurs jugé insuffisant le geste posé par l'ex-évêque de Bruges Roger Vangheluwe qui a annoncé samedi qu'il quittait la communauté de Westvleteren pour réfléchir en toute discrétion à son avenir dans un lieu situé hors du diocèse de Bruges.
 
"C'est un premier pas mais ce n'est pas assez", a commenté Toon Osaer. Il est d'avis que Roger Vangheluwe doit prendre ses distances avec sa charge ecclésiastique. En revanche, il ne plaide pas la réduction à l'état laïque qui constituerait selon lui une "peine" portant préjudice aux efforts entrepris par de nombreux laïcs au sein de l'Eglise.
 
L'ancien porte-parole de Roger Vangheluwe, Mark Van de Voorde, participait également au débat de la VRT. Selon lui, il revient au pape de décider d'une éventuelle sanction à l'encontre de l'ex-évêque de Bruges. "Ce n'est pas à Vangheluwe de décider de son sort car cela lui donnerait la prérogative de déterminer son avenir et cela je ne veux pas lui en laisser l'opportunité", a-t-il indiqué.
 
Les révélations d'abus sexuels commis par l'évêque Vangheluwe ont été à l'origine d'une onde de choc provoquée par la publication du rapport de la Commission ecclésiastique Adriaenssens faisant état de centaines de victimes abusées par des ecclésiastiques aux quatre coins de la Belgique, cela au cours des cinquante dernières années. (belga)

  1. Combien une vie vaut-elle? “Il faut d’urgence poser des limites aux firmes pharmaceutiques”

    Combien une vie vaut-el­le? “Il faut d’urgence poser des limites aux firmes pharmaceu­ti­ques”

    Le cas de la petite Pia, pour laquelle les parents ont dû lancer une vaste campagne de dons par SMS, dévoile le pouvoir quasi absolu des firmes pharmaceutiques quant au tarif fixé pour les formules qu’elles commercialisent. Les centaines de milliers d’euros, voire les millions demandés donnent le vertige et poussent des patients désespérés à faire appel à la générosité du public car les gouvernements rechignent à payer la note. “Nous devons d’urgence poser des limites à l’industrie pharmaceutique car sinon, où les firmes s’arrêteront-elles?”.
  2. Deux personnes inculpées de traitements inhumains sur un sexagénaire à Dampremy

    Deux personnes inculpées de traite­ments inhumains sur un sexagénai­re à Dampremy

    La belle-fille d'un sexagénaire et le frère de cette dernière ont été inculpés de traitements inhumains et dégradants sur J.B., âgé de 63 ans, à Dampremy, indique mercredi le parquet de Charleroi. La victime a subi différents sévices après avoir été recueilli chez son fils et sa belle-fille à la suite de thromboses. Elle devait en outre vivre en dehors de leur maison entre 6h00 et 22h00.