Plein écran
© Capture d'écran RTBF

Le président de la FEF démissionne: "On ne sait plus travailler ensemble"

À la tête de la Fédération des étudiants francophones (FEF) depuis août dernier, Maxime Michiels a décidé de quitter prématurément ses fonctions, a-t-il indiqué jeudi après-midi, confirmant une information de la RTBF.

"La FEF va très bien, mais il y avait des tensions interpersonnelles dans l'équipe qui font qu'on ne sait plus travailler ensemble. Pour pacifier la situation, il faut passer par une mise à plat, c'est-à-dire ma démission, laquelle entraîne automatiquement un renouvellement du Bureau de la FEF", a déclaré Maxime Michiels.

"Ce n'est pas une décision qui a été facile à prendre, mais je pense que c'est la meilleure décision dans l'intérêt de la FEF...", a-t-il poursuivi.

Ce choix de démissionner, pris et annoncé il y a une dizaine de jours déjà en interne selon lui, a toutefois fuité jeudi vers la presse "par des personnes qui avaient manifestement envie de nuire à la FEF", déplore toutefois M. Michiels, étudiant en master des sciences du travail à l'ULB.

Cette annonce surprise intervient en effet alors que l'Unécof, organisation étudiante concurrente à la FEF, a fait savoir jeudi matin qu'elle mettrait fin en juin à ses activités, celle-ci ne satisfaisant plus aux critères de représentativité étudiante prévue par la législation communautaire.

La FEF, désormais unique organisation représentative des étudiants en Fédération Wallonie-Bruxelles, procèdera à l'élection de son nouveau président le 23 mars prochain.

  1. De la poignée de main à Facebook: les candidats arrivent-ils vraiment à influencer votre vote?

    De la poignée de main à Facebook: les candidats arrivent-ils vraiment à influencer votre vote?

    Le vote, un acte purement rationnel? Pas vraiment. L’adhésion aux idées prônées est loin d’être le seul facteur qui vous pousse à opter pour un parti ou une personne. Une réalité intégrée par les candidats qui ont tenté de vous convaincre ces dernières semaines dans les médias, sur les marchés ou les réseaux sociaux. Pour quels résultats? Quel est le réel impact d’une campagne électorale?