Le problème de paiement chez Axa sera réglé ce mercredi matin

Mise à jourUne solution a pu être dégagée pour les 80.000 cartes de débit d'Axa Banque qui arrivent à échéance en décembre et se trouvaient bloquées. Elles seront réactivées dans la nuit et à nouveau utilisables mercredi matin, a indiqué mardi soir la porte-parole de la banque.

Plein écran
© REUTERS

Les nouvelles cartes sont en cours d'acheminement, avait déjà fait savoir Axa. Entre-temps, une solution a été trouvée pour les détenteurs des 80.000 cartes concernées par le blocage. 

Rappel

10% des clients de la banque AXA ont constaté ce mardi qu’ils ne pouvaient provisoirement plus utiliser leur carte de paiement. Ces 80.000 personnes possédaient toutes une carte arrivant à expiration en décembre. Leurs cartes avaient été désactivées et ils ne pouvaient plus rien acheter, ni en ligne ni sur le terminal. 

Leurs comptes en banque n’ont heureusement pas été affectés par cette erreur.

  1. La photo de l’arrestation des “amants diaboliques”, 23 ans après les faits

    La photo de l’arrestation des “amants diaboli­ques”, 23 ans après les faits

    Nous vous l’annoncions hier, les “amants diaboliques” Hilde Van Acker et Jean-Claude Lacote ont été arrêtés en Côte d’Ivoire après 23 ans de cavale. Le couple était recherché depuis 1996 dans le cadre d’une exécution commise au Coq et figurait depuis 2016 sur la liste des suspects les plus recherchés. Une photo policière montre l’ancien couple juste après son arrestation: “Nous attendions ce moment depuis 23 ans”, réagit Martin Van Steenbrugge, commissaire à la police fédérale et à la tête de la Fugitive Active Search Team (FAST).
  2. “Je n’ai vu aucune émotion chez Steve Bakelmans” lors de la reconstitution du meurtre de Julie Van Espen

    “Je n’ai vu aucune émotion chez Steve Bakelmans” lors de la reconstitu­ti­on du meurtre de Julie Van Espen

    Steve Bakelmans, le meurtrier présumé de Julie Van Espen, en aveux des faits, a finalement collaboré à la deuxième reconstitution des faits organisée hier en toute discrétion à Anvers. Il a posé, devant le juge d’instruction et les parties, les gestes commis le 4 mai dernier contre l’étudiante de 23 ans. “Une épreuve” pour le suspect, a commenté la défense. Une analyse contredite par les parties civiles: “Je n’ai vu aucune émotion chez Steve Bakelmans”, dément de son côté Me John Maes.