Plein écran
La une du Vif "Pensionnés liégeois: des millions dilapidés" © Le Vif L'express

Le procès d'Ogeo Fund contre des journalistes déplacé: "De l'intimidation"

Ogeo Fund a décidé de ne pas poursuivre trois journalistes et Roularta, qu'il accuse d'avoir publié de fausses informations, devant le tribunal de première instance de Liège mais à Bruxelles, a indiqué l'un des avocats des journalistes mercredi à l'agence Belga. Celui-ci dénonce une tentative d'intimidation. Le fonds de pension réclame 500.000 euros de dommages.

Le procès devait débuter ce mercredi afin de fixer le calendrier des audiences. L'avocat de David Leloup, un des journalistes poursuivis, a toutefois été informé par e-mail qu'Ogeo Fund avait décidé de ne pas enrôler l'affaire devant le tribunal de première instance de Liège. La citation sera introduite devant le tribunal de première instance francophone de Bruxelles.

"J'interprète cela comme un moyen dilatoire et de faire de l'intimidation", ajoute Me Bernard Mouffe. "Les journalistes perdent du temps à se défendre lors de la procédure au lieu d'écrire des articles. Le tribunal de Bruxelles étant plus engorgé que celui de Liège, Ogeo Fund pourrait également obtenir un délai encore plus long pour maintenir l'épée de Damoclès au-dessus de la tête des journalistes."

L'avocat s'étonne par ailleurs du choix du tribunal de Bruxelles car ni Roularta ni les journalistes ne sont domiciliés dans cette juridiction.

David Leloup et Tom Cochez ont écrit une série d'articles portant sur la gestion de l'argent des pensionnés liégeois par Ogeo Fund. Le fonds de pension reproche aux journalistes, au rédacteur en chef du Vif/L'Express Thierry Fiorilli ainsi qu'à l'éditeur du magazine Roularta d'avoir publié des informations non recoupées et non vérifiées. Il leur réclame un dommage évalué à 500.000 euros.

David Leloup déplore des accusations "grotesques" et "une volonté manifeste de nuire au journalisme". "Cette mauvaise pièce de théâtre se poursuit", déplore-t-il après l'annonce du changement de juridiction. Quelques dizaines de personnes s'étaient rendues au tribunal de première instance de Liège mercredi matin afin de soutenir les journalistes.