Plein écran
© BELGA

Le PS, le MR et Ecolo donnent leur accord pour le prochain gouvernement wallon

Mise à jourLes délégués du PS réunis à Jambes ont approuvé à la quasi-unanimité la participation aux prochains gouvernements wallon et de la FWB. Les militants du MR ont eux donné leur approbation à l’unanimité. 

Réunis en début de soirée à l’Acinapolis de Jambes (Namur), les délégués des différentes fédérations du PS ont approuvé jeudi à la quasi-unanimité la participation de leur parti aux futurs gouvernements wallon et en Fédération.

Hormis les fédérations liégeoises, de Huy Waremme et du centre où la participation n’a été approuvée qu’à une très large majorité, le reste de fédérations socialistes ont toutes donné leur feu vert unanime aux deux accords de gouvernement.

Le MR également d’accord 

Peu de temps après, les militants du MR ont eux aussi approuvé, à l’unanimité et sans grande surprise, la participation de leur parti aux prochains gouvernements wallon et de la Fédération Wallonie-Bruxelles (FWB), en approuvant les programmes de ces deux exécutifs, a-t-on constaté sur place.

En ouvrant ce congrès de participation tenu à Namur-Expo, le président du Mouvement réformateur, Charles Michel - par ailleurs Premier ministre fédéral démissionnaire et futur président du Conseil européen à partir de décembre - avait harangué les quelque 400 militants et représentants du parti en insistant sur les accents libéraux qui marquent selon lui les deux accords de gouvernement, pour la Wallonie et pour la FWB, conclus dans le cadre de cette nouvelle coalition arc-en-ciel avec le PS et Ecolo. 

Plein écran
© BELGA

Ecolo rejoint le mouvement 

L’assemblée générale d’Ecolo a elle aussi approuvé à une large majorité la participation du parti aux prochains gouvernements en Wallonie et en Fédération Wallonie-Bruxelles, aux alentours de 23h ce jeudi soir. Les membres du nouveau gouvernement régional, dont l’identité est l’objet de toutes les spéculations, doivent prêter serment vendredi matin au Parlement de Wallonie.

Seule confirmation officielle pour l’instant: Stéphane Hazée, le chef de file Ecolo lors de la législature passée, ne sera pas ministre, comme il l’a annoncé lui-même au cours de l’assemblée générale. 

Plein écran
© BELGA
  1. Le PTB explique les raisons de sa rupture avec le PS

    Le PTB explique les raisons de sa rupture avec le PS

    Réuni sur la côte, à Bredene, dans le cadre du festival ManiFiesta, le PTB a une nouvelle fois revendiqué dimanche la nécessité de mener une "politique de rupture" pour redonner du sens aux citoyens et repousser les extrêmes à droite, le racisme et le séparatisme. Mais à les entendre, les partis traditionnels n'ont toujours pas entendu le message de l'électeur le 26 mai dernier. Demandeur d'un vaste plan de réinvestissement public de 10 milliards d'euros, le PTB fustige notamment l'opération de privatisation des actifs de Nethys. "C'est ce genre de pratiques que nous reprochons aux dirigeants du parti socialiste. C'est une des raisons principales de notre rupture des négociations avec le PS pour un nouveau gouvernement wallon", a indiqué le président Peter Mertens.